La spécificité des produits français mise en avant au MIF

Quelque soit le domaine, la France peut -être fière de ses produits  dont elle souligne l’excellence au MIF, Salon Made In France.

Cette année, pour sa 7ème édition, le MIF se tient du 10 au 12 novembre porte de Versailles au Parc des expositions. Depuis sa création Porte de Champerret en 2012 par Fabienne Delahaye, ce salon ouvert au grand public est le premier à rassembler des produits conçus et fabriqués en France. Il s’agit du plus grand événement consacré à cette thématique réunissant plus de 450 exposants de tous les secteurs  (alimentaire, santé, enfance, maison, luxe, sport et loisirs, mode et beauté)

Grâce au MIF, le coefficient  des emplois en France a été multiplié par 3, le textile étant le premier secteur. Prenons pour exemple l’entreprise des chaussettes Labonal en Alsace qui avec 340 millions de chaussettes consommées en France par an, soit l’équivalent de 7 paires achetées par an par Français, fait vivre 100 familles.

Le MIF est  pour 73% des marques présentes au salon un impact de 62% sur les ventes dues à la motivation des consommateurs pour le Made in France; les questions de financement et de fiscalité ont une grande importance pour les entreprises qui pour 48% d’entre elles ont des problèmes de notoriété et de distribution. Le MIF est un bon moyen pour elles de se faire connaitre. Les soutiens les plus importants sont les labels (58%) et les collectivités locales (34%), contrairement à l’Etat (9%) et la BPI (13%). C’est pourquoi 65% des entrepreneurs réclament une baisse de la TVA sur les produits Made in France et 64%, une baisse des charges et de l’impôt de production. Pour 53% d’entre elles, une hausse des taxes pour des produits qui arrivent en France, ne respectant pas les normes, serait la bienvenue. Enfin, près d’une entreprise sur 2 souhaiterait réserver les fonds de l’Etat aux entreprises qui produisent en France. En ce qui concerne le financement, 92% des entrepreneurs s’autofinancent, 62,5 % ont recours aux banques , la famille et les amis sont la première source de financement. Par ailleurs, 45% des entrepreneurs qui s’installent ont recours au crowfunding.
Quelque soit la taille de l’entreprise, le label Origine France Garantie est la preuve de 6 critères:
1. Préservation de l’environnement en favorisant les circuits courts.
2. Sauvegarde de l’emploi en France.
3. Maintien de la production industrielle en France.
4. Disposition d’une certification de l’origine française des produits.
5. Rentrée dans le seul sourcing de référence de la production française.
6. Respect des normes sociales.
C’est la certification universelle du “Produire en France” que l’on retrouve chez 32 exposants dont Alphapac (emballages ménagers “verts”), Bleu Blanc Ruche (miels de repeuplement soutenu par Arnaud Montebourg), Dop (shampooings et douches), le Slip Français.
Le salon était réparti en 17 catégories dont 6 régions (Auvergne-Rhône-Alpes dont les chocolats Weiss ou la marque Opinel, Bourgogne-Franche-Comte dont les montres Péquinet, Normandie dont la Biscuiterie Jeannette 1850 reprise par son personnel puis Georges Viana avec la collaboration du chef, MOF et Champion du monde pâtissier Philippe Parc, Nouvelle Aquitaine dont l’Atelier du crayon, Pays de Loire dont la marque de papeterie “Les jolis cahiers”, Moselle dont “Les Macarons de Boulay).
La gastronomie était bien représentée que ce soit par les thés et cafés, les cornichons du “Jardin d’Orante”, diverses marques de chocolat dont celle du torréfacteur chocolatier Patrice Chapon dont le bar à mousses au chocolat est incontournable, tout comme sa collection de chocolats pour Noel.
Futures mamans et bébés avaient aussi des stands (“Le biberon Français” ou le spécialiste de la nutrition spéciale grossesse “Matilia & Nubilia”), tout comme nos amis à 4 pattes (Ultima ou O’4 pattes) mais aussi la beauté et le bien-être dont “La Provençale”, nouvelle marque bio de l’Oréal ou “Mademoiselle Provence” co-créé par Chloé Mortaud (Miss France 2009).
Le MIF est aussi l’occasion de rencontrer des entreprises du patrimoine vivant comme Ardelaine, coopérative de territoire dont l’histoire commence en 1972 grâce à un groupe d’amis décidés à relancer la filière de la laine en Ardèche dans une filature rénovée par leurs soins. Désormais labellisée Entreprise du Patrimoine vivant, elle utilise plusieurs métiers manuels pour la tonte, le cardage,la couture, la confection, le tricotage, le matelassage, le stylisme, la menuiserie, la mécanique. Pour cela, 25 salariés sont employés dans les ateliers de production. Les produits proposés se retrouve dans l’habillement et les accessoires, la literie (sommiers, matelas, couettes, oreillers…).
Suite au succès grandissant qu’il rencontre chaque année, le salon MIF reviendra pour une 8ème édition en 2019 avec d’avantage de nouveautés.