L’ancement du nouveau site de l’AGGH

L’AGGH (Association des Gouvernantes Générales de l’Hôtellerie) a lancé son nouveau site internet le 16 octobre à l’Hôtel Napoléon (75008) devant les membres de l’AGGH, les partenaires, la presse et la maire du 8ème arondissement, Jeanne d’Hauteserre.

Présenté par Denis Motro, directeur de Vecteur Group, ce nouveau site web permettra de valoriser le métier, de dialoguer avec les membres, de partager et échanger mais aussi découvrir les nouveautés tout en étant un marqueur important dans la visibilité du métier et de l’association.

Grâce aux différents espaces, les visiteurs pourront aller à la rencontre  des femmes  et des hommes qui partagent la passion qu’ils  vivent au quotidien, toujours dans l’excellence, la discrétion et la diplomatie.

Fondée en 1977 à Nice par Nicole Spitz, l’association est composée au niveau national de plus de 180 membres répartis en 6 antennes régionales (Côte d’Azur, Paris-Ile-de-France, Rhône-Alpes, Grand Ouest, Grand Est et Aquitaine).

Chaque mois, des rencontres du genre “networking” sont organisées pour réunir les membres et échanger sur les idées, les difficultés rencontrées et les solutions à trouver pour améliorer les services. tout en tenant compte des nouveautés présentées par les partenaires qui à ce jour environnent  les 55.

L’AGGH est aussi présente dans les écoles hôtellières, les centres de formation et les universités afin de faire mieux connaître le travail d’une Gouvernante Générale. Le parcours peut s’effectuer suivant différents cursus:  à partir d’un bac technologie, de la voie professionnelle du BP gouvernante et de celle du BTS Hôtellerie Restauration, d’une licence pro ou d’un diplôme d’école.  La formation s’applique dans les hôtels selon la taille et le standing.

Les candidates commencent en tant que gouvernantes d’étage afin de superviser la qualité du travail des femmes de chambre, sous le contrôle de la première assistante puis deviennent assistantes de la gouvernante générale avant  d’être gouvernante générale grâce à l’expérience acquise. Le temps pour ce faire reste toutefois assez long dans l’hôtellerie de luxe.

Bien que la majorité des postes soit occupée par des femmes, la gente masculine investit de plus en plus le métier.

-Depuis 2007, en partenariat avec l’Education Nationale et dans l’esprit dune véritable reconnaissance de la profession, le concours MOF “classe Gouvernant(e)s des services hôteliers” est organisé tous les quatre ans.

-Depuis 2015, l’association publie, après 18 mois de travail de 20 membres sous la houlette de Nadia Perret Blanc, le guide “Gouvernant(e) général(e): expertise et management opérationnel”, afin de mettre en lumière la complexité d’un métier pas toujours reconnu. On y retrouve les différents rôles de ces personnages de l’ombre: Manager, Gestionnaire, Diplomate…, mais aussi le vaste champ de compétences détaillée en 16 chapitres sur une centaine de fiches (fonctions, management, procédures de travail, gestion d’étage, matériel et produits d’entretien, gestion et entretien du linge dans un hôtel, ressources humaines, hygiène et sécurité, literie, revêtement de sol, décoration intérieure, décoration florale, informatique au service des étages, développement durable,sous-traitance). Cet ouvrage s’adresse aussi bien aux écoles qu’aux salariés, managers et dirigeants.

-Depuis 3 ans, il existe une collaboration avec l’université de Cergy Pontoise sur les projets tutorés des étudiants de la licence pro “Direction des services d’hébergement en hôtellerie internationale“.

-Le 16 octobre 2019, lancement du nouveau site internet de l’AGGH.  On y retrouve les différentes antennes régionales, le point de vue et les témoignages des membres, le film, le guide technique en 84 fiches.

Chaque année, les membres organisent une soirée caritative pour récolter des fonds pour des associations autour de l’enfance. Cette année, elle aura lieu le 16 novembre à l’Hôtel Westin ParisVendôme au profit de l’Association de l’Hôpital Robert Debré et de son projet “La Régate des Oursons”.

Grâce à ce nouveau site internet, Corinne Veyssière, présidente nationale de l’AGGH est encore plus enthousiaste quant à l’avenir de l’association et du métier.