web analytics
30 novembre 2022

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

DAPAT : 66 associations unies pour lutter contre l’isolement et l’intégration des femmes dans la société

Trophée des Prix DAPAT

66 associations unies pour lutter contre l'isolement et l'intégration des femmes dans la société candidates pour la 2e édition du DAPAT.
Au Moyen Age, les femmes étaient déjà médecin, agricultrice, brodeuse ou… forgeron ! Aucun métier ne leur était vraiment interdit. Mais, dès la fin du XVe siècle, les choses commencent à changer. On pousse les femmes à rester à la maison. C’est ainsi que, peu à peu, les femmes sont exclues du travail.
 
Après la séparation de l’Église de l’État en 1905, au XXe  siècle, l’accès des femmes au travail fait beaucoup de progrès.
En 1907, une loi autorise les femmes à toucher un salaire, seulement si leur mari est d’accord !
 
Pendant la guerre de 14-18, les femmes remplacent, dans les usines, les hommes partis à la guerre. Ce sont elles qui font tourner le pays !
 
En 1965, elles obtiennent le droit de travailler sans demander l’accord de leur mari. Puis, en 1972, une loi impose le même salaire pour le même travail, qu’on soit un homme ou une femme. Malgré tout, aujourd’hui, même si elles sont très nombreuses à travailler et à accéder au métier de leur choix, les femmes gagnent en moyenne 25 % de moins par mois.
 
Quelques dates clés de l’histoire des droits des femmes
 
Si les femmes françaises ont lentement acquis les mêmes droits que les hommes, cette avancée est extrêmement récente. Ces quelques repères historiques illustrent la longue marche des femmes vers l’égalité.
 
1791  : La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est publiée : « La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droits ».
1836  : L’ordonnance du 23 juin organise l’enseignement primaire pour les filles.
1861  : Julie DAUBIE est la première femme autorisée à se présenter au baccalauréat.
1880  : L’enseignement secondaire est autorisé pour les filles.
1900  : Le barreau est ouvert aux femmes : Jeanne CHAUVIN devient la première avocate.
1907  : Les femmes mariées peuvent disposer librement de leur salaire.
1909  : Le congé de maternité (huit semaines) est créé (sans traitement).
1938  : Les femmes peuvent s’inscrire à l’université sans l’autorisation de leur mari.
1944  : Les femmes obtiennent le droit de vote et d’éligibilité par ordonnance du Général DE GAULLE.
1946  : Le principe d’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines est inscrit dans le préambule de la Constitution. 1947  : Germaine POINSO-CHAPUIS est la première femme nommée Ministre (de la Santé Publique et de la Population).
1966  : Les femmes peuvent gérer leurs biens propres et exercer une activité professionnelle sans le consentement de leur mari.
1967  : La loi autorise la contraception.
1970  : La loi relative à l’autorité parentale conjointe supprime la notion de « chef de famille » du Code Civil.
1972  : L’Ecole Polytechnique devient mixte : c’est une femme qui est majore de promotion.
1972  : Le principe de l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes pour les travaux de valeur égale est reconnu.
1974  : Création du Secrétariat d’Etat à la Condition Féminine (Françoise GIROUD).
1975  : Ouverture du premier lieu d’accueil pour femmes battues, à Clichy.
1975  : L’obligation de mixité dans tous les établissements publics d’enseignement est créée.
1975  : La loi autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG). 1983  : La loi établit l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.
1991  : Edith CRESSON est la première femme nommée Premier Ministre.
1993  : La loi du 8 janvier affirme le principe de l’exercice conjoint de l’autorité parentale à l’égard de tous les enfants, quelle que soit la situation des parents (mariés, concubins, divorcés, séparés).
2000  : La loi autorise la délivrance sans ordonnance des contraceptifs d’urgence.
2000  : L’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives est garanti par la loi.
2001  : Une nouvelle loi sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est adoptée.
2004  : La loi relative au divorce prévoit l’éviction du conjoint violent du domicile conjugal afin de protéger les femmes victimes de violences.
2005  : La loi en faveur des petites et moyennes entreprises rend obligatoire le choix d’un statut pour le conjoint collaborateur.
2006  : La loi relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes vise la suppression des écarts de rémunération.
2006  : La loi renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs établit une égalité quant à l’âge légal du mariage : 18 ans pour les femmes et les hommes.
 
L’une des mesures les plus importantes permettant aux femmes de participer est de faire en sorte qu’on leur accorde réparation. Comme l’indique la Déclaration de Nairobi de 2007 sur le droit des femmes et des filles à un recours et à la réparation, « (la justice et) la réparation doivent aller au-delà des causes et des conséquences immédiates des crimes et des violations; elles doivent viser à redresser les inégalités politiques et structurelles qui façonnent négativement la vie des femmes et des filles ». Cela est capital parce que les femmes sont plus que les victimes des conflits; elles sont les dirigeantes des mouvements pour la paix, la justice et la démocratie.
 
Où en est l’humanité au 21ème siècle ?
 
Le monde évolue de plus en plus rapidement, et de moins en moins de gens – y compris parmi nos dirigeants et nos décideurs – ne comprennent son fonctionnement dans sa globalité. Une majorité de gens pourtant proclamés « experts » dans tel ou tel domaine n’ont pas de vision d’ensemble et sont totalement dépassés.
 
Aujourd’hui les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, la planète est de plus en plus polluée.
 
En parallèle – et parfois liés – aux grands défis écologiques du 21ème siècle, partout sur la planète surgissent des challenges sociaux et humains complexes.
 
Conflits armés, pénurie des ressources et des énergies, manque d’éducation, malnutrition, non respect des femmes et des enfants, terrorisme, épidémies, corruption ne sont que quelques-uns des grands défis sociaux que devra résoudre l’humanité en ce début de 21ème siècle.
 
Les grands défis humains sont multiples et il faut les connaître pour les résoudre. Si c’est pas toi, ce sera qui?
 
DAPAT est un fonds de dotation créé en mai 2020 qui a déjà compris le message en soutenant et conduisant toutes missions d’intérêt général à caractère social, éducatif, humanitaire, culturel et familial, visant à améliorer les conditions de vie, sur les plans sociaux, professionnels, sanitaires et culturels de personnes en situation de fragilité.
 
Il permet de lutter contre l’exclusion, l’isolement, la pauvreté et toutes les formes de violence et de discrimination, favorise l’insertion sociale et professionnelle et développe les programmes d’actions favorisant l’autonomie et la dignité des femmes.
 
DAPAT propose des partenariats de soutien financier ou encore des études ou recherches pour aider des associations à but non lucratif pour des projets dédiés aux femmes précaires et en particulier les jeunes mères.
 
Danielle et Patrick de Giovanni ont souhaité conjuguer leurs expériences et sensibilités en créant, un fonds de dotation, disposant de capitaux importants, avec pour objet principal d’agir pour les femmes en situation précaire.
 
Danielle de Giovanni
 
Entrepreneure par obligation plus que par vocation, Danielle a rapidement pris conscience des difficultés que rencontrent les femmes dans « un monde fait par les hommes pour les hommes ». Elle s’engage et milite pour partager son expérience et son ambition : favoriser l’autonomie et l’indépendance des femmes. Elle crée en France le réseau DIRIGEANTES « des femmes pour faire progresser les femmes dans l’économie ». Reconnue par ses pairs dans les organisations professionnelles et devenue experte en « entrepreneuriat féminin » auprès de l’OCDE. Elle a conçu et mis en œuvre des programmes de formation à l’entrepreneuriat en France, dans les pays de la région MENA et en Afrique où elle a développé le réseau « Dirigeantes sans Frontières » qui favorise la progression des femmes par l’Economie. Sensible à la situation des jeunes mères en grande détresse, elle sait à quel point leurs difficultés ont un impact sur l’avenir de ces petits êtres dont les tous premiers pas dans la vie seront marqués par l’angoisse, la solitude et la triste situation de leur mère.
 
Patrick de Giovanni
 
Patrick est un spécialiste du Capital Investissement avec une expérience d’une quarantaine d’années chez Apax Partners et Amboise Partners et ancien Président de l’association professionnelle du Capital Investissement, France Invest. Il a une longue pratique de l’accompagnement d’entrepreneurs et de dirigeants dans la création et le développement d’entreprise de toutes tailles. Depuis une quinzaine d’années, Il est très engagé dans des activités bénévoles particulièrement dans le financement et l’accompagnement d’entrepreneurs créateurs ou développeurs d’entreprises apportant des bénéfices sociaux en matière d’emploi, notamment de handicapés, d’insertion professionnelle et de développement durable. Il est également très sensible au domaine de l’aide alimentaire aux plus démunis et plus généralement à la situation des SDF.
 
Le Fonds de Dotation a reçu des donations des fondateurs pour plus de 9 millions d’euros. Ces donations ont été apportées à titre gratuit et irrévocable. Le fonds de dotation a opté pour la qualification d’investisseur professionnel. Cette qualification lui permet d’optimiser les revenus de ces capitaux notamment en investissant dans des valeurs mobilières réservées aux professionnels.
 
Ce sont ces revenus qui sont utilisés pour développer ses propres actions et soutenir des associations, ou tout organisme à but non lucratif, qui agissent en faveur de la mission choisie par DAPAT.. 
 
Les Prix DAPAT
 
DAPAT organise chaque année les Prix DAPAT pour récompenser des initiatives exemplaires bénéficiant aux femmes et mères en détresse ou SDF, des actions ou moyens mis en œuvre pour une meilleure connaissance de leurs situations, des tentatives et ébauches de solutions et tous autres sujets susceptibles d’encourager d’autres actions dans leurs domaines.
 
L’opération vise également à mettre en lumière les nombreux acteurs du secteur associatif, les faire connaître du grand public et leur permettre d’élargir leur réseau de contacts.
 
La première édition a eu lieu l’année dernière, où 45 associations ont postulé pour avoir une visibilité et un fonds de dotation, exposant leur importance et leur expérience dans l’accompagnement des femmes marginalisées et précaires.
 
Pour la deuxième édition qui aura lieu le lundi 17 octobre au théâtre Edouard VII à Paris, cette année encore, le jury a désigné 5 associations parmi les 66 candidates (dont 52 n’étaient pas candidates l’année dernière).
 
Leurs actions sont variées et complémentaires : l’accueil de jeunes femmes isolées, le sport de combat comme outil de reconstruction pour les femmes victimes de violences, l’aide matérielle et émotionnelle aux jeunes mères en situation de précarité, ou encore l’accompagnement social et solidaire des jeunes femmes de quartiers prioritaires.
 
Les fondateurs de DAPAT, Danielle et Patrick de Giovanni, ont également choisi de donner un coup de chapeau à 5 autres associations, les Espoirs DAPAT, avec là aussi une grande diversité d’actions : aide au déménagement, parcours de reconstruction et réseau d’entraide et de protection pour femmes victimes de violences, apprentissage du numérique et enfin accompagnement complet de femmes demandeuses d’asile.
 
Cette année FRANCIS HUSTER est le parrain de la deuxième édition ; l’acteur, scénariste, réalisateur et metteur en scène, considère que « Les femmes en détresse sont telles des héroïnes de Molière d’aujourd’hui, dignes non seulement de notre soutien, de notre respect, mais aussi de notre amour. »
 
CYRIELLE CLAIR, la maîtresse de cérémonie, a toujours eu à coeur de s’investir le plus possible dans des actions auprès des populations les plus vulnérables, principalement les femmes et les enfants.
Selo elle, « Un monde en équilibre… Le monde ne peut pas être en équilibre si la moitié de l’humanité ne prend pas sa place. On le constate tous les jours et, dans tous les domaines, ce sont les femmes que l’on a rendues les plus vulnérables. Alors il y a un moment où il ne faut plus se poser de questions, mais constater et agir !
Mon crédo : liberté, dignité, solidarité. »
 
LES ASSOCIATIONS CANDIDATES
 
• Abajad
• Abri Maternel
• Acina
• Agena
• Ambitions Jeunesses
• ARSL
• Association San Fernando
• Atelier 17.91
• Autremonde
• Cancer@Work
• CapaCités
• CHRS Saint Louis
• CIDFF Landes
• Des Femmes en Fil
• Diamants des Cités
• Droits d’Urgence
• Du Côté des Femmes
• Du Pain et des Roses
• Empow’her
• Espoir31
• Expressions de Femmes
• Fifty Fifty
• Habitat Cité
• Halte 33
• Humanity Diaspo
• Impala Avenir Développement
• Kabubu
• Kipawa
• Le Bercail d’Apprentis Auteuil
• Le Filon
• Lire Pour en Sortir
• Loba
• Maelys
• Magnitude Zéro
• Metz Trophy Aventure
• Pacco
• Parcours de Femmes
• Premier Pas
• Règles Élémentaires
• Ruelle
• Secours Populaire 87
• Soie Rouge
• Solinum
• Solipam
• Utopia 56
• Vieux Biclou
• Wake Up Café
• Yes We Camp
 
LES ASSOCIATIONS LAURÉATES
 
• Fight For Dignity
• La Maison de Jeanne
• Marraine & Vous
• Rêv’Elles
• Un Petit Bagage d’Amour
 
LES ASSOCIATIONS PRÉSÉLECTIONNÉES PAR LE COMITÉ DE PILOTAGE DE DAPAT
 
• Alliance de l’Espérance
• ASFAD
• Atelier 4A
• Féminité Sans Abri
• G-Xiste
• La Maison de Tom Pouce
• Travail et Vie
• Toutes à l’Abri
 
LES PROJETS 2023
 
L’ACCÈS AUX LOCAUX ET LE DÉVELOPPEMENT DU RÉSEAU ASSOCIATIF.
 
Depuis la création de DAPAT, les équipes du Fonds de Dotation ont constaté que les associations ont fréquemment de grandes difficultés à trouver des locaux pour exercer leur activité ou héberger des bénéficiaires : manque de disponibilité de locaux à louer, prix trop élevés pour les moyens dont elles disposent…
C’est dans ce contexte que DAPAT a décidé de proposer une solution :
• Création d’une société pour acquérir des biens immobiliers choisis par les associations et donc conformes à leurs besoins ;
• Mise à disposition des locaux dans des conditions économiques adaptées à leurs capacités financières.
Ainsi vient de naître La Foncière Sociale DAPAT, une société filiale du Fonds de Dotation, créée selon les principes de l’Économie Sociale et Solidaire.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.