web analytics

Nasser Coron : « Un jour, je serai comique »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Orphelin, arabe et homosexuel. Quel que soit l’ordre, ça fait beaucoup pour un seul homme ? Eh bien pas pour Nasser, qui s’en amuse, notamment de son homosexualité : « Je suis une pièce où il manque un puzzle autour (…) maman avait-elle vu le coup venir ? » Son abandon, c’est sur scène qu’il l’exorcise, « pour se faire consoler » parce que lorsque on l’est, « on n’a plus qu’une seule idée, c’est celle d’être reconnu ». Devenir célèbre à tout prix, rentrer dans l’histoire. C’est non sans humour et grande sensibilité que Nasser nous raconte le chemin qui a été le sien. Pour lui, c’est décidé, « Je serai acteur ». Mais comique ou tragédien ? Alors il s’essaie et enchaîne les rôles de pitre, de farfelu et de valet. Mais finalement, c’est comique qu’il veut être. Et pour ça, forcément, direction Paris. Il nous parle de sa première pub, de sa première rencontre avec un directeur artistique, de ses premiers pas en tant que transformiste, de sa première scène au Jamel Comedy Club. Des petits pas qui l’ont conduit à être celui qu’il rêvait d’être. Nasser, a su s’imposer pour être dans la place.  Son souhait de devenir comique est réalisé. Sa carrière commence aujourd’hui à se dessiner. Bientôt, c’est le nom du digne héritier d’Eli Kakou qui aura de l’écho. Car ce n’est pas la taille qui fait le talent, mais la détermination. Nasser, lui, est grand par son émotion et son jeu attachant et c’est ce qui fait toute sa popularité.

Bande annonce : https://youtu.be/4jX9eGNowul

Visuels : © DR / Nasser

Nasser dans « Ecce homo, orphelin, arabe et homosexuel », un comédien à ne pas perdre du regard, mis en scène par Laurent Rochut – À la folie Théâtre (Paris XIème) – À partir du 12 septembre, tous les jeudis à 19h – Réservations : 01 43 55 14 80 – www.folietheatre.com

 

 

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail