web analytics

« Chirac » au théâtre de la Contrescarpe

Un parc public l’été, les oiseaux chantent … une femme s’est assoupie sur une chaise.

Passe à sa hauteur un homme grand, élégant, cheveux plaqués, lunettes d’écaille.
Il jette un regard furtif sur le livre posé sur les genoux de la femme … Le tome 1 des Mémoires de Chirac.
L’oeil de l’homme s’allume! C’est Chirac en personne!
Il se penche vers elle, « Madame, Madame … » La voix est forte, insistante … Elle s’éveille en sursaut.

A quelques centimètres de son visage, celui de Chirac, lequel se présente avec enthousiasme … Chirac!
Elle, stupéfaite : « Mais, vous êtes mort! » …
Et vous, comment vous appelez-vous? « Valérie » … grimace de l’ancien président.

Et s’engage une conversation passionnante. Pour Valérie, une occasion miraculeuse de questionner le mythique chef d’État, tant sur des sujets politiques que sur sa vie privée.

Et l’on replonge dans le passé. Un dialogue imaginé par Dominique Gosset et Géraud Bénech à partir de documents d’archives, un texte qui s’appuie sur des faits réels, sur les discours, les témoignages des proches, des journalistes et des biographes.

Marc Chouppart endosse un rôle de composition dans lequel il s’incarne avec une grande présence.
… Chirac parle, parle à Valérie … jusqu’à ce que, brutalement, le discours se désarticule, les mots se disloquent …

Un parc public l’été, les oiseaux chantent … une femme dort sur une chaise.
Un homme de grande taille se penche vers elle … « Madame, le parc ferme » …
Elle s’éveille en sursaut. C’est le gardien … qui jette un coup d’oeil furtif sur « Les Mémoires de Chirac ».

« Vous l’avez bien connu? » – « Pas du tout » … « Eh bien, on dirait pas! avec ces mots charmants qu’il vous a écrits »
… Et Valérie ouvre le livre et découvre …

CHIRAC de Dominique Gosset et Géraud Bénech
Jusqu’au 22 août au Théâtre de la Contrescarpe 5 rue Blainville Paris 75005

Les mercredis, jeudis et vendredis à 21H
Les samedis à 20h30 Les dimanches à 16h30
Avec Fabienne Galloux et Marc Chouppart
Mise en scène Géraud Bénech

Laisser un commentaire