web analytics

La traditionnelle messe de minuit à Bethléem

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

GABRIEL MIHAI

De fidèles a célébré samedi soir à Bethléem, où le Christ serait né selon la tradition chrétienne, la traditionnelle messe de minuit.

Les célébrations de Noël en Europe étaient marquées par une sécurité renforcée.

Au Vatican, le pape François, chef spirituel de 1,2 milliard de catholiques à travers le monde, a appelé dans son homélie de Noël à éprouver de la compassion pour les enfants qui souffrent des guerres et de la misère, mais aussi pour ceux qu’on «ne laisse pas naître».

Pourfendeur de «l’indifférence» d’une société consumériste, il a aussi critiqué devant 10’000 personnes, ceux qui se donnent «du mal pour les cadeaux» en restant «insensibles à celui qui est exclu».

A Bethléem, 2500 fidèles palestiniens et étrangers ont rempli la basilique de la Nativité, bâtie sur la grotte où les chrétiens pensent que le Christ serait né, pour la messe de minuit. Le président Mahmoud Abbas et d’autres dignitaires palestiniens étaient présents.

L’archevêque Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarche latin de Jérusalem, chef de l’Eglise catholique romaine en Terre Sainte, a réclamé de la compassion pour les réfugiés et la fin des violences qui ensanglantent le Moyen Orient.

L’atmosphère était plus festive – et plus propice au commerce – que l’an dernier, lorsque la vague de violences secouant Israël et les Territoires palestiniens avait entraîné une chute de la fréquentation à Bethléem. «C’est formidable d’être à Bethléem pour mon premier Noël en dehors de chez moi», s’est enthousiasmée Valeria, une Américaine de 21 ans.

Dans le nord d’Israël, plus de 25’000 personnes ont participé aux célébrations de Noël à Nazareth, ville où le Christ aurait passé son enfance.

 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail