web analytics

Le 11 mai, la France va lever le confinement a confirmé Edouard Philippe ce jeudi

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé ce jeudi le début, le 11 mai, la levée du confinement en vigueur en France depuis sept semaines pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Tous les ministères sont touchés par ce processus de décontamination, y compris ceux qui apparaissent en rouge sur la carte du gouvernement. Plusieurs d’entre eux (Mayotte et toute l’Ile-de-France) font l’objet d’une attention particulière, en partie parce que le nombre de cas “reste plus élevé” que prévu. Voici, en détail, ce qu’il faut garder à l’esprit des annonces du gouvernement.

La carte présentée tous les jours par le gouvernement, qui détermine ce jeudi les conditions du déconfinement, comporte quatre régions encore en rouge : l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, le Grand Est et Bourgogne-Franche Comté.

Dans ces départements rouges, des restrictions seront imposées : les collèges n’y ouvriront pas à partir du 18 mai (comme c’est le cas dans les départements verts) et les parcs et jardins resteront fermés. Ces cartes continueront à être publiées chaque jour, dans le but de conserver une visibilité sur l’évolution de l’épidémie.

Le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun pour les passagers à partir de 11 ans et les contrevenants seront passibles d’une amende de 135 euros, a indiqué la ministre Elisabeth Borne. Des masques “grand public” seront mis à disposition “dans les premiers jours du déconfinement pour les distribuer en appoint aux personnes qui n’auraient pu s’en procurer”. Au moins 50% de l’offre habituelle de transports sera assurée.

En Ile-de-France, l’accès aux transports en commun sera “réservé aux heures de pointe au personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer”. Une mesure qui pourra être appliquée dans d’autres endroits, si les autorités locales en font la demande.

Apartir du 11 mai, “il sera possible de sortir librement dans la rue sans attestation”, dans une limite de 100 km autour de sa résidence, au-delà de cette limite, “une nouvelle attestation” sera nécessaire, a annoncé jeudi 7 mai le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lors du point presse à l’issue du conseil des ministres. Les déplacement de moins de 100 kilomètres se feront avec un justificatif de domicile.

Les trajets supérieurs à 100 kilomètres devront être justifiés par un motif familial impérieux, comme un deuil ou l’assistance à une personne vulnérable, ou un motif professionnel, par exemple, un métier exigeant la mobilité. Des contrôles sont d’ores et déjà prévus dans les gares, les aérogares, sur certains tronçons d’autoroute et à l’arrivée de certaines destinations touristiques, a prévenu le ministre. 20.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter ces règles.

Un million d’écoliers seront accueillis avec 130.000 professeurs dès la semaine prochaine, a annoncé le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. “Nous avons 80 à 85% des 50.500 écoles de France qui ont déclaré ouvrir la semaine prochaine”, a-til précisé, “les parents doivent être informés personnellement cette semaine des modalités de reprise”. “Tout ceci doit être progressif” et les groupes ne dépasseront pas 15 élèves en école primaire et 10 à l’école maternelle. Ce retour à l’école le 11 mai concerne moins d’un écolier sur six.

Un retour en classe pour les élèves de 6e et 5e est envisagé à compter du 18 mai dans les départements classés “vert”. Quant aux lycées, ils seront fixés à la fin du mois de mai.

Bruno Le Maire a assuré ce jeudi 7 mai que “le 11 mai, tous les commerces rouvriront à l’exception des cafés, bars, et restaurants dont la date de réouverture sera annoncée fin mai”. Le ministre de l’Économie a précisé qu’au premier jour du déconfinement, “400.000 entreprises représentant 875.000 emplois vont rouvrir.”

“Ce sont 77.000 salons de coiffure, 33.000 commerces d’habillement, 15.000 fleuristes, 3.300 libraires qui vont rouvrir, c’est la vie sociale et économique qui va pouvoir redémarrer”, a ajouté le ministre lors d’une conférence de presse du gouvernement à Matignon pour préciser les modalités du déconfinement.

Cela concerne notamment les centres commerciaux de plus de 40.000 m2 qui pourront rouvrir, à l’exception de ceux d’Île-de-France, “en accord avec les préfets”. “S’agissant des secteurs qui tournaient au ralenti, il faut profiter de ce 11 mai pour relancer l’activité (…)”, a assuré le ministre de l’Économie.

Bruno Le Maire a rappelé que “l’État sera aux côtés des entrepreneurs”. “L’État est présent depuis le début et continuera d’être présent. Nous maintiendrons le fonds de solidarité jusqu’à la fin du mois de mai”, a tenu à indiquer le ministre de l’Economie. Pour les cafés, bars et restaurants, il faudra patienter jusqu’à la fin du mois de mai pour connaître une éventuelle date de réouverture.

Christophe Castaner a par ailleurs confirmé que la pratique sportive individuelle en extérieur sera autorisée mais que les “lieux de sports couverts resteront fermés”. “Pourront rouvrir les bibliothèques, musées, médiathèques”, a poursuivi le ministre, en soulignant que les gestes barrière et la distanciation physique devront y être respectés.

En revanche, “les cinémas et les salles de spectacles resteront fermés”, a-t-il dit, en rappelant en outre “qu’aucun événement de plus de 5.000 personnes” ne pourra avoir lieu avant septembre.

Edouard Philippe a conclu en expliquant qu’un nouveau point d’étape sera effectué le 2 juin, afin de “passer à une nouvelle phase” du déconfinement ou, en cas de “mauvais résultats”, “en tirer les conséquences”.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail