web analytics
4 février 2023

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Les gilets jaunes sont redescendus dans la rue ce samedi pour manifester

Ils étaient environ 4.700 dans tout le pays, dont 2.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Ils étaient environ 4.700 dans tout le pays, dont 2.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Contre la réforme des retraites, les 49-3, la hausse des factures d’énergie, du carburant, l’inflation, le réchauffement climatique… Les revendications étaient nombreuses ce samedi dans les cortèges des gilets jaunes.

Quatre ans après le début de leur mobilisation massive, les Gilets Jaunes sont de retour dans la rue pour protester contre les réformes sociales du gouvernement.

La France en l’espace de quelques mois est devenue une véritable cocotte-minute. La réforme des retraites, la baisse du pouvoir d’achat, l’impression que du côté des dirigeants, ça n’imprime pas… De nombreux Français ne voient pas le bout du tunnel inflationniste.

« Il y a eu une augmentation de 12 % des prix de l’alimentation en un an. Sur certaines catégories de produits, on peut aller même jusqu’à 30 %. Et puis il y a les produits liés à l’énergie, donc le chauffage et le déplacement. Donc ce sont les difficultés qui effectivement changent le quotidien d’une très grande majorité des Français », détaille Sandra Hoibian, directrice générale Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc).

« On est à 70 % de la population aujourd’hui qui indique avoir dû revoir ses modes de vie par rapport à ce contexte inflationniste », ajoute-t-elle. Les études menées par le Crédoc montrent que les personnes les plus affectées sont les jeunes, les personnes à bas revenus mais aussi celles issues des classes moyennes, touchées de plein fouet par la hausse des prix.

« Le sentiment de vulnérabilité s’est accru car le moindre pépin peut faire basculer des familles dans la pauvreté. Donc on a vraiment une fragilisation de la population française. Il n’y a plus vraiment de marges de manœuvre budgétaire », confie la spécialiste. « Les prix du logement sont déjà très élevés depuis une vingtaine d’années et vient s’ajouter à ça l’inflation, après deux années de Covid-19. Bref, il y a une grande fatigue », conclut Sandra Hoibian, directrice générale Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc).

Ce manifestant espère un retour massif du mouvement. Certains ont allumé des fumigènes jaunes sur le lieu de rendez-vous. Ça pourrait être le coup d’envoi d’un mois de contestation sociale. Les gilets jaunes font donc leur retour aujourd’hui. Pour l’un des organisateurs du rassemblement du jour, « il s’agit de rassembler les travailleurs, syndiqués ou non, les chômeurs, les retraités pour organiser une lutte d’ensemble en cette année 2023, afin de conserver les droits sociaux pour lesquels les anciennes générations se sont battues ».

L’année 2023 ramènera les gilets jaunes, les chômeurs et les retraités dans la rue, si les prix ont tendance à grimper jusqu’à 30% comme prévu.

Plus de 70% de la population devra survivre après l’inflation qui s’établira, en raison des augmentations massives de l’énergie, du carburant et du gaz, mais aussi des produits alimentaires et du logement, ainsi que des réformes imposées en 49-3.

 

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.