web analytics

Liberté pour Abdoullah Ocalan

VÉRONIQUE YANG

Pour la enième fois à Paris, les représentants du peuple kurde ont manifesté pour la libération de leur leader Abdoullah Ocalan, chef des rebelles du PKK.

Depuis son arrestation en 1999, le leader du mouvement d’opposition est en prison sur l’Ile d’Imrali après une condamnation d’emprisonnement à vie.
Maintenu à l’isolement total depuis 4 ans et demi, il ne reçoit plus de visites que ce soit de la famille , de ses avocats ou même de délégation d’Imrali. La seule personne à avoir pu le voir est son frère et ce ne fut qu’une seule fois en septembre 2016 et depuis plus rien.

Le refus de tout contact avec l’extérieur depuis le 5 avril 2015 est sans fondement légal et le peuple kurde craint pour la santé physique et morale du leader, pour sa sécurité, voir même de sa vie.

Cette décision est la première étape pour l’état turc d’une guerre contre les kurdes, toute communication avec Abdoullah Ocalan, interlocuteur à la table des négociations de paix, étant devenue impossible du fait de l’emprisonnement de ce dernier.

Une pétition a déjà récolté 10,3 millions de signatures pour faire libérer Abdoullah Ocalan.

Les Kurdes manifestent à travers le monde pour se faire entendre. Ils signifient leur refus des lois spéciales éditées par Imrali et ont organisé une veille permanente depuis 4 ans et demi devant le Comité anti-tortures du Conseil de l’Europe qui reste silencieux face à cette violation des droits humains.

Face à la résurgence de la peine de mort dans le pays et l’attitude du président Erdogan qui, pour renforcer son pouvoir a fait une cohalition avec l’AKP (parti islamiste au pouvoir) et le MHP (parti nationaliste d’extrême droite, les kurdes craignent la montée de la répression et de la violence.

Par cette manifestation, les représentants du peuple kurde demandent:

1- La Turquie doit appliquer les conventions européennes dont la suspension de l’exécution
2- Les droits fondamentaux des personnes politiques doivent être respectés notamment à Imrali
3- Les droits de visite des familles et des avocats doivent être rétablis.
4- Abdoullah Ocalan doit être libéré ainsi que tous les autres prisonniers politiques.

PHOTOS: IMPACT EUROPEAN / WPA – BM