web analytics
28 janvier 2023

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Mahsa Amini, la première femme révolutionnaire contre la République islamique

Des milliers de personnes rassemblées à Paris en signe de soutien au peuple iranien / ©YANG - IMPACT EUROPEAN

La diaspora iranienne, les militants parisiens ont défilé en nombre de la Place de la République à la Place de la Nation, parcours traditionnel des grands mouvements parisiens.

L’Iran est secoué par de violentes manifestations depuis la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée à Téhéran le 13 septembre par la police des mœurs pour « port de vêtements inappropriés ».

Dimanche après-midi, une importante manifestation s’est tenue sur la place de la République pour soutenir la révolte des Iraniennes face à leur régime ultraconservateur, alors qu’au moins 92 personnes ont déjà été tuées par la répression.

La diaspora iranienne, les militants parisiens ont défilé en nombre de la Place de la République à la Place de la Nation, parcours traditionnel des grands mouvements parisiens.

«Femme, vie, liberté». Plusieurs milliers de personnes ont entonné ce dimanche à Paris le slogan devenu célèbre, pour soutenir la révolte des Iraniennes face à leur régime ultraconservateur et dénoncer le comportement du pouvoir Iranien qui répond aux manifestants par la violence.

Sur le pavé parisien, les manifestants ont multiplié les hommages aux Iraniennes durant tout l’après-midi. «Rejoignez la première révolution féministe !» et «Mahsa Amini, ton nom a fait trembler la tyrannie des ayatollahs», scandait par exemple la foule malgré quelques intenses averses. Sous oublier les «Mort à la République islamique», «Mort au dictateur».

Ce dimanche, le président Ebrahim Raïssi a, d’ailleurs, de nouveau accusé les «ennemis» de l’Iran de «conspirer» contre son pays, estimant que leurs tentatives avaient «échoué» alors que les manifestations antigouvernementales, les plus importantes depuis 2019, se poursuivent. Le mouvement de contestation a été déclenché par le décès le 16 septembre de la jeune Kurde iranienne de 22 ans, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire du pays qui oblige notamment les femmes à porter le voile. Au moins 92 personnes ont été tuées par la répression féroce exercée par le régime.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.