web analytics

Une route solaire pour alimenter en électricité la piscine de Boulogne Billancourt 

Alex LeGRAND

Une nouvelle route solaire a vu le jour à Boulogne Billancourt le 10 février 2017, en face de la piscine municipale qu’elle alimentera en énergie. Il s’agit du même modèle Wattway que la route solaire qui a été installée dans l’Orne en décembre 2016. Elle est développée par Colas, entreprise spécialiste des infrastructures de transport et l’INES (Institut national de l’énergie solaire).

Partant du constat que les routes représentent une très grande surface sur le territoire, qui n’est en moyenne utilisée que 10% du temps par des véhicules, l’idée est donc de l’utiliser pendant les 90% de temps restant pour produire de l’électricité. Pour cela, des dalles photovoltaïques sont posées directement sur la chaussée. Elles sont composées de cellules solaires insérées dans un assemblage de matériaux qui assurent la solidité et l’adhérence des dalles. C’est ainsi une bonne alternative à la mise en place de champs de panneaux solaires qui pourraient altérer les paysages naturels ou empiéter sur des surfaces agricoles.

La route solaire de Boulogne-Billancourt a été financée par Grand Paris Seine Ouest (GPSO), dans une démarche d’innovation et d’expérimentation de moyens alternatifs de production d’énergie renouvelable. Il s’agit là d’un projet pilote, qui sera mené en parallèle à une seconde expérimentation dans la ville de Issy-les-Moulineaux, et pourra s’étendre si les résultats sont bons. Selon GPSO, ces routes seraient ainsi en mesure d’alimenter en électricité des équipements de voirie comme l’éclairage public, ou encore des bâtiments publics.

Durant cette phase de tests, plusieurs éléments clés de ce revêtement photovoltaïque seront étudiés, notamment sa solidité et sa production d’électricité. Un des enjeux principaux pour Wattway sera par la suite de réduire le coût de ses routes solaires, qui reste relativement élevé. L’entreprise assure qu’elle est en mesure de le faire, et d’après Le Figaro, Wattway estime qu’elle pourrait proposer d’ici 2020 une électricité au prix de l’électricité solaire classique actuel.

PHOTOS: IMPACT EUROPEAN / WPA – ALEX LEGRAND