web analytics

Attentat d’Istanbul: Daesh revendique l’attentat dans la boite de nuit

Gabriel MIHAI

Un homme armé a fait irruption dans une boite de nuit le soir du réveillon du 31 décembre à Istanbul, faisant au moins 39 morts dont plus de 20 étrangers.

Le groupe terroriste État islamique a revendiqué lundi 2 janvier l’attaque d’une boîte de nuit d’Istanbul dans la nuit du Nouvel an. Un homme a ouvert le feu, le soir du réveillon, au sein de l’établissement Reina, un club huppé de la ville au bord du Bosphore. Bilan : 39 morts, dont au moins 20 étrangers, parmi les quelque 800 personnes présentes ce soir-là, et une soixantaine de blessés. Une Franco-tunisienne et son époux tunisien figurent parmi les victimes.

Dans son communiqué, l’EI accuse la Turquie, un pays peuplé majoritairement de musulmans, de s’être alliée aux chrétiens, alors que l’armée turque poursuit depuis quatre mois une incursion dans le nord de la Syrie dont elle tente de déloger l’EI et des milices kurdes.

L’EI a très rarement revendiqué des attentats en Turquie même si le groupe a été montré du doigt à plusieurs reprises par les autorités.

Avant cette revendication, les autorités turques avaient estimé que l’auteur de la fusillade était lié à l’EI et qu’il pourrait être kirghize ou ouzbek, selon le quotidien turc Hürriyet.

Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lundi à Istanbul dans le cadre de l’enquête sur l’attentat revendiqué par l’EI contre une discothèque huppée de la métropole turque, a rapporté l’agence de presse Dogan.

Aucun autre détail n’était disponible au sujet de ces personnes arrêtées par des équipes de la police antiterroriste. Il s’agit des premières interpellations en lien avec l’attaque survenue pendant la nuit du Nouvel An qui a fait 39 morts et dont l’auteur en fuite était activement recherché par les autorités.