web analytics
20 octobre 2021

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Commémoration des 150 ans de la Commune de Paris

A partir du 18 mars, la ville de Paris commémore les 150 ans de la Commune.

A partir du 18 mars, la ville de Paris commémore les 150 ans de la Commune. Durant cette période, 68 événements se tiendront dans différents quartiers parisiens, surtout dans l’est de la capitale.

L’affiche de l’événement reprend l’image de Louise Michel, figure emblématique de cette période. Durant 72 jours, les Parisiens pourront découvrir des expositions, des fresques. Ils pourront se rendre au théâtre (Procès de Louise Michel, Dernière barricade à Paris) ou suivre des parcours guidés. Ils pourront aussi participer à  des  cérémonies ou des conférences au Petit Palais (75008) et au « pavillon Carré de Baudouin « (75020).

Cette commémoration a lieu aux dates exactes de l’insurrection (18 mars-28 mai 1871), tous les arrondissements y participent:  Paris Centre et  les 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 18e, 19e et 20e arrondissements.  L’essentiel  de cette programmation plurielle se passera en extérieur et selon le protocole sanitaire.

Eric Lejoindre, maire PS du 18ème et Laurence Patrice , adjointe PCF à la Mairie de Paris, pour la mémoire et le monde combattant, étaient présents. Pour cette dernière, cette commémoration n’est pas une occasion « de ‘glorifier les violences engendrées par la Révolte ».

Qu’est-ce que la Commune de Paris?

Après la défaite contre les Prussiens en 1870 et le siège de Paris, éclate une période insurrectionnelle d’un peu plus de 2 mois. On l’appellera « La Commune de Paris ».

Le 18 mars 1871, ouvriers parisiens, artisans et professions libérales,  se soulèvent contre le gouvernement d’Adolphe Thiers qui veut désarmer la Garde nationale. Ils empêche l’enlèvement des canons de la Garde nationale su la Butte Montmartre et poussent le gouvernement à quitter Paris pour s’installer à Versailles.

Durant la Semaine sanglante, en mai 1871,  environ 20.000 personnes sont exécutées puis enterrées dans les parcs parisiens. D’autres, près de 40 000, sont jetés en prison et 4 500 déportés en Nouvelle-Calédonie.

Première étape de la commémoration

Pour débuter cette commémoration, la chanteuse Nawel Dombrowsky a interprété la « Marseillaise de la Commune 1871 » et le « Temps des Cerises ». Elle a conclu avec la chanson d’Eugène Pottier « Elle n’est pas morte » après les interventions d’Hugo Rousselle et Dugudus.. Devant les 50 portraits de Communards et les canons réalisés par Dugudus, les participants ont chanté « l’Internationale ». On pouvait voir des banderoles des « Gilets Jaunes », de « Démocratie directe » ou de « Réquisition » où lisait « Vive la Commune ».

Jeudi 18 mars, la Maire de Paris a dévoilé une exposition itinérante au pied du Sacré Coeur,  square Louise Michel. Cette exposition rassemble 50 portraits de Parisiens de la Commune, réalisés par Dugudus. L’artiste représente ses personnages de la Commune à taille réelle et dans leur diversité. Il reflète la foule des insurgés dont des militants aguerris ou de simples anonymes du peuple parisien. Des textes relatant des anecdotes historiques liées à cette période accompagnent intellectuels et ouvriers, femmes et hommes de tous âges. Ils seront sur les Grilles de lieux emblématiques parisiens.

Dates et lieux de l’exposition

  • 18 Mars: Happening sur les marches de la Butte Montmartre (75018)
  • 2 Avril: Vernissage, Hôtel de Ville de Paris (75004)
  • 2 Avril > 18 Avril : Grilles de l’Hôtel de Ville de Paris, rue de Rivoli (75004) / Mairie du 3e arrondissement (75003)
  • 20 Avril > 9 Mai: Grilles de la gare de l’Est (75010)
  • 11 Mai > 27 Mai: Grilles des Buttes-Chaumont (75019)

Qui est Dugudus?

Né en 1987, Dugudus, de son vrai nom Régis Léger, est un graphiste, illustrateur et street-artiste. Après ses études à l’école Estienne et à l’école des Gobelins, il part étudier à la Havane. Il placarde des images  sur les murs des villes, pour interpeller les passants avec humour et provocation, en désacralisant la politique. Le projet  de « Nous, la Commune »est né l’an dernier. Le trait de l’artiste traduit un travail d’assemblage de photos d’époque, de caricatures et de description. Parmi les personnages: Jean-Baptiste Clément , Louise Michel, Gavroche et Cosette, Gustave Courbet, Arthur Rimbaud ou Elisabeth  Dmitrieff, fondatrice de l’Union des femmes pour la défense de Paris. Au total, 50 personnages en rapport avec la Commune.   Un livre d’art, tiré à 1 600 exemplaires, complète l’exposition, il comporte les 50 dessins et les textes biographiques d’Hugo Rousselle.

Inauguration de l’allée de l’Île des Pins

Dans le square Louise Michel, Anne Hidalgo a inauguré la nouvelle allée de l’Île des Pins. Elle rend hommage aux nombreux insurgés déportés en Nouvelle Calédonie  lors de cet épisode de l’histoire de Paris. Le lieu est symbolique puisqu’on y trouve un araucaria, espèce endémique de Nouvelle Calédonie.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.