web analytics

Après le drapeau olympique, place au drapeau paralympique et la tournée française

Le drapeau paralympique est arrivé dans la capitale et a été hissé devant l’Hôtel de Ville en présence de nombreux athlètes médaillés aux Jeux de Tokyo.

La maire de Paris Anne Hidalgo a reçu le drapeau paralympique des mains du président du comité international paralympique (CIP) Andrew Parsons lors de la cérémonie de clôture des Jeux dimanche à Tokyo.

Quelques heures auparavant, la délégation française conduite par Anne Hidalgo,la Maire de Paris,qui a reçu le drapeau lors de la cérémonie de clôture des Jeux de Tokyo, et Marie-Amélie Le Fur, Présidente du Comité paralympique et sportif français (CPSF), était de retour du Japon. Elles ont été accueillies sur le tarmac de Roissy par Tony Estanguet, président de Paris 2024.

 

Les symboles olympiques et paralympiques sont désormais réunis dans la ville hôte des prochains Jeux. En 2024, Paris accueillera les Jeux olympiques (du 26 juillet au 15 août) et paralympiques (du 28 août au 8 septembre). Près de 350 000 visiteurs en situation de handicap seront accueillis à Paris pendant les Jeux. Ceux-ci permettront d’accélérer la mise en accessibilité de la capitale et de développer la pratique parasportive.

 

La France a achevé ses Jeux de Tokyo à la 14e place du classement, avec 54 médailles : onze en or, quinze en argent, vingt-huit en bronze. Le bilan surpasse aisément celui de Rio (28), et dépasse l’objectif de 35 médailles, fixé avant la compétition.

Désormais, les visages sont tournés vers Paris 2024, qui s’apprête à reprendre le flambeau lors de la cérémonie de clôture ce dimanche. L’objectif à domicile sera de 60 médailles, s’est projeté dimanche le Comité paralympique et sportif français (CPSF).

 

Alexandre Léauté a réalisé une paralympiade historique à Tokyo, est a été honneur d’être le porte-drapeau de la délégation tricolore lors de la cérémonie de clôture, pour ses premiers Jeux Paralympiques au Japon. A offert à la France sa première médaille d’or sur la poursuite individuelle C2. Il a complété sa collection avec l’argent sur le kilomètre C1-C3, avant de décrocher deux médailles de bronze, sur le contre-la-montre C2 puis sur la course en ligne C1-C3. A 20 ans, le paracycliste Alexandre Léauté a réalisé une paralympiade historique à Tokyo en remporté 4 médailles, une médaille d’or, une médaille d’argent, deux médailles de bronze.

 

Les Bleus ont quitté Tokyo avec 54 médailles : onze en or, quinze en argent, et vingt-huit en bronze. Ce bilan place la France au 14e rang des nations de cette paralympiade.

 

 

Malgré des épreuves majoritairement à huis clos et une situation sanitaire encore complexe, Tokyo est devenue la première ville à accueillir les Jeux paralympiques pour la deuxième fois, après l’édition de 1964. À l’époque, seuls 378 athlètes avaient concouru, contre 4 400 aujourd’hui.

De 40 athlètes en 1960 à 138 en 2021

138 athlètes au départ, pour défendre les couleurs de l’équipe de France, lors des Jeux Paralympiques  à Tokyo, ont mis un l’objectif a remporté la maison 35 médailles sur les 19 disciplines.

 

Athlétisme

Hommes : Timothée Adolphe, Arnaud Assoumani, Valentin Bertrand, Nicolas Brignone, Julien Casoli, Thierry Cibone, Pierre Fairbank, Gaël Geffroy, Redouane Hennouni-Bouzidi, Dimitri Jozwicki, Charles-Antoine Kouakou, Trésor Makunda, Ronan Pallier, Dimitri Pavadé, Louis Radius.

Femmes : Gloria Agblemagnon, Mandy François-Elie, Manon Genest, Nantenin Keita, Angelina Lanza, Marie-Amélie Le Fur, Typhaine Solde.

Aviron

Hommes : Antoine Jesel, Christophe Lavigne, Robin Le Barreau, Rémy Taranto.

Femmes : Nathalie Benoit, Perle Bouge, Margot Boulet, Erika Sauzeau.

Badminton

Hommes : Thomas Jakobs, Meril Loquette, Lucas Mazur, David Toupe.

Femmes : Lenaig Morin, Faustine Noel.

Boccia

Hommes : Rodrigue Brenek, Samir Van Der Beken.

Femmes : Sonia Heckel.

Canoë

Hommes : Rémy Boulle, Eddie Potdevin.

Femmes : Nélia Barbosa.

Cyclisme

Hommes : Raphaël Beaugillet (pilote : François Pervis), Dorian Foulon, Florian Jouanny, Kevin Le Cunff, Alexandre Leaute, Alexandre Lloveras (pilote : Corentin Ermenault), Riadh Tarsim, Loïc Vergnaud.

Femmes : Katell Alençon, Elise Marc, Marie Patouillet.

Equitation

Hommes : Vladimir Vinchon.

Femmes : Céline Gerny, Anne-Frédérique Royon, Chiara Zenati.

Escrime

Hommes : Romain Noble, Yohan Peter, Damien Tokatlian, Maxime Valet.

Football

Hommes : Hakim Arezki, Alessandro Bartolomucci (gardien de but), Tidiane Diakite, Mickaël Miguez, Babacar Niang, Gaël Rivière, Jérémy Sauffisseau (gardien de but), Frédéric Villeroux, Yvan Wouandji, Khalifa Youme.

Haltérophilie

Hommes : Axel Bourlon.

Femmes : Souhad Ghazouani.

Judo

Hommes : Hélios Latchoumanya, Nathan Petit.

Femmes : Sandrine Martinet.

Natation

Hommes : Laurent Chardard, Ugo Didier, Nathan Maillet, Florent Marais, Alex Portal, David Smetanine.

Femmes : Emeline Pierre, Anaëlle Roulet, Claire Supiot.

Rugby

Hommes : Adrien Chalmin, Christophe Corompt, Jordan Ducret, Jonathan Hiverna, Rodolphe Jarlan, Corentin Le Guen, Brice Maurel, Cédric Nankin, Christophe Salegui, Mathieu Thiriet, Nicolas Valentim, Sébastien Verdin.

Taekwondo

Hommes : Bopha Kong.

Femmes : Laura Schiel.

Tennis

Hommes : Frédéric Cattaneo, Stéphane Houdet, Gaëtan Menguy, Nicolas Peifer.

Femmes : Charlotte Fairbank, Emmanuelle Morch.

Tennis de table

Hommes : Clément Berthier, Matéo Boheas, Thomas Bouvais, Lucas Créange, Gilles de La Bourdonnaye, Fabien Lamirault, Florian Merrien, Stéphane Molliens, Nicolas Savant-Aira, Maxime Thomas.

Femmes : Anne Barnéoud, Thu Kamkasomphou, Isabelle Lafaye, Léa Ferney.

Tir

Hommes : David Auclair, Tanguy De La Forest, Vincent Fagnon, Cédric Fèvre-Chevalier, Kévin Liot, Alain Quittet, Didier Richard, Christophe Tanche.

Tir à l’arc

Hommes : Daniel Lelou, Eric Pereira, Guillaume Toucoullet.

Femmes : Julie Chupin.

Triathlon

Hommes : Ahmed Andaloussi, Yannick Bourseaux, Alexis Hanquinquant, Alexandre Paviza, Antoine Perel (guide : Olivier Lyoen), Thibaut Rigaudeau (guide : Cyril Viennot).

Femmes : Annouck Curzillat (guide : Céline Bousrez), Mona Francis, Gwladys Lemoussu, Cécile Saboureau.

 

Le retour de Tokyo, de la délégation française et Anne Hidalgo, la maire de Paris, a pris ce lundi la direction de l’Hôtel des Ville pour hisser le drapeau paralympique à côté de celui des Jeux olympiques. Dès le 8 septembre une tournée nationale des drapeaux olympique et paralympique va être organisée.

 

Mais comme est né le sport paralympique?

 

Après la Seconde Guerre Mondiale, le Directeur Ludwig Guttman, neurochirurgien, a eu l’idée de mettre en place à leur intention des jeux sportifs, mais aussi de les obliger à avoir une activité physique, aux blessés au combat et devenus paraplégiques, étaient en rééducation à l’hôpital de Stoke-Mandeville, près de Londres.

 

Comme les Jeux Olympiques se déroulaient à Londres en 1948, il décida d’organiser dans son centre, le même jour, à la même heure que la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, la première rencontre sportive pour handicapés en fauteuil roulant : le profil des Jeux Paralympiques se dessinait.

 

Il fallut en effet attendre 12 ans, pour assister aux premiers Jeux Paralympiques en 1960 et les Jeux de Rome. Officiellement ils furent appelés « 9èmes Jeux internationaux annuels de Stoke mandeville ».

En effet seuls les blessés médullaires étaient alors concernés et le terme « Jeux Paralympiques » ne fut adopté qu’en 1984 par le Comité International Olympique (C.I.O.)

 

Avec les Jeux de Londres 2012, les Jeux Paralympiques et Olympiques se seront tenus neuf fois dans la même ville (Rome 1960, Tokyo 1964, Séoul 1988, Barcelone 1992, Atlanta 1996, Sydney 2000, Athènes 2004, Pékin 2008, Londres 2012), trois fois dans le même pays mais pas la même ville (RFA 1972, Canada 1976, USA 1984) et deux fois dans des pays différents (Tel Aviv 1968 et Arnhem 1980).

 

Des 378 athlètes de Rome en 1960, aux 4 200 présents aux Jeux de Londres et  4400 aux Jeux de Tokyo, les « Paralympiques » sont devenus aujourd’hui un des événements les plus importants dans le Monde, surpassant les Jeux du Commonwealth, les Jeux Olympiques d’hiver et les Jeux olympiques de Melbourne de 1956.

 

Les Jeux se déroulèrent du 19 au 24 septembre, sous l’égide de l’I.N.A.I.L. et du comité olympique italien, soit 6 jours seulement après la clôture des Jeux Olympiques.

Le 18 septembre, a eu lieu la cérémonie d’ouverture au stade Acqua Acetosa. Camillo GIARDINA, ministre italien de la santé, déclara les Jeux ouverts, aux 378 athlètes venus de 23 pays participèrent à ces Jeux. La plus grosse délégation était italienne.

 

8 sports étaient au programme et 57 épreuves

 

Des activités choisies pour leur participation au processus de rééducation des blessés médullaires.

 

– Le billard dans sa version snooker;

– L’escrime : fleuret et sabre;

– L’athlétisme : lancer de javelot de distance, lancer de javelot de précision dans une cible placée au sol, lancer de poids, lancer de massue indienne (sorte de bâton de bois);

– Le basket-ball masculin en fauteuil roulant;

– La natation : nage libre, brasse et dos;

– Le tennis de table;

– Le tir à l’arc et le jeu de fléchettes;

– Le pentathlon : Tir à l’arc, natation, lancer de javelot, lancer de poids, lancer de massue.

 

La France a achevé ses Jeux de Rome à la 6e place du classement, avec 7 médailles : 4 en or et 3 en bronze.

 

Liste des médaillés :

 

Athlétisme:

Mr BARBIER, Or au lancer de massue Cat : B;

JARRIGE Bernard, Or au lancer de massue Cat : Spéciale;

 

Natation:

JARRIGE Bernard, Or au 25m nage libre junior Cat : 2 incomplète;

Bronze au 25m dos junior Cat : 2-4 incomplète;

 

Tir à l’arc:

Mr DELAPIETRA, Bronze au Columbia round Cat : Open;

Mr TROUVERIE, Or au Columbia round Cat : Open;

FIGONI Gérard, Argent au St Nicholas round Cat : open;

 

Fléchettes:

Mme BERNABEI et Mr TROUVERIE, Bronze à l’épreuve mixte Cat : Open.

 

Nombre de sportifs dans la délégation française  a était des 40.

 

La tournée française des drapeaux olympique et paralympique à démarrer ce mercredi de la Seine-Saint-Denis, département qui accueillera plusieurs sites des JO de Paris en 2024.

 

Le drapeau paralympique est arrivé du Japon, lundi, tandis que le drapeau olympique est arrivé à Paris le 9 août dernier, symbole du passage de relais entre les Jeux de Tokyo et ceux de Paris prévus du 26 juillet au 11 août 2024. La maire de Paris, Anne Hidalgo, avait annoncé à Tokyo que les drapeaux feraient une tournée dans plusieurs villes de France. Première étape logique en Seine-Saint-Denis, le département qui accueillera le village des athlètes, le village des médias, le centre aquatique olympique mais aussi plusieurs épreuves, notamment au Stade de France.

 

Ce mercredi, les drapeaux ont était présentés à 9 heures à la mairie de Saint-Denis en présence du maire Mathieu Hanotin, de Pierre Rabadan, adjoint aux sports à la ville de Paris, de Stéphane Troussel, président du conseil départemental du 93 et de Tony Estanguet, président de Paris 2024.

 

Ils sont ensuite présentés à 10 heures au centre de loisirs de l’Île-des-Vannes à Saint-Ouen, à 11 heures au collège Alfred-Sisley de l’Île-Saint-Denis en présence d’Allan Morante qui a participé aux JO de Tokyo sur l’épreuve de trampoline, puis au collège Georges-Politzer de La Courneuve en présence de Bopha Kong qui lui a participé aux épreuves de para taekwondo. Enfin, les drapeaux sont dévoilés aux associations sportives, à 14 heures, au gymnase Bayard à Livry-Gargan.

 

La tournée se poursuivra ensuite pendant plusieurs jours à travers plusieurs villes en France, avant de revenir pour plusieurs arrêts en Île-de-France :  le 17 septembre à Melun, le 18 septembre à Saint-Quentin-en-Yvelines, le 2 octobre à Rueil-Malmaison et au Bourget, le 7 octobre à Boulogne-Billancourt et le 16 octobre à Élancourt.