web analytics

Macron annoncera sa candidature à la présidentielle

GABRIEL MIHAI

 

Emmanuel Macron annoncera le 16 novembre à 10h30, sa candidature à l’élection présidentielle. L’ancien ministre de l’Economie officialisera sa décision lors d’une déclaration à la presse depuis Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Emmanuel Macron va franchir le pas et met ainsi un terme à plus de deux mois de spéculation concernant son avenir politique. L’ancien ministre de l’Économie va annoncer sa candidature à l’élection présidentielle 2017 mercredi 16 novembre à 10h30, dans un centre d’apprentissage à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Dès son départ du gouvernement, le 31 août dernier, celui qui était le protégé de François Hollande a mis en ordre de bataille « En Marche ! ».
Depuis sa démission, il n’a cessé de prendre ses distances avec le gouvernement actuel, lors de trois meetings clés qui ont eu lieu à Strasbourg, au Mans et à Montpellier. En posant son diagnostic du pays, résultat d’un porte-à-porte effectué auprès des Français, Emmanuel Macron s’est peu à peu positionné dans un discours anti-système. Il s’est adressé à « la France qui subit », pour ensuite transformer son discours en « la France qui choisit ». L’ancien ministre réfute ainsi l’idée d’un « président normal », mis en avant par François Hollande et attaque le bilan du chef de l’État.
C’est donc quatre jours avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre que l’ancien locataire de Bercy va se lancer dans la course à la présidentielle. Cette date a toute son importance alors que les citoyens sont appelés à se prononcer pour désigner le candidat de la droite. Emmanuel Macron prend donc position et fait d’une pierre, deux coups puisqu’il s’affranchit du calendrier imposé par la primaire socialiste, et par François Hollande. En effet, le président de la République devrait annoncer ou non son envie de briguer un second mandat en décembre.
Interrogé sur la candidature probable de son ancien ministre de l’économie, François Hollande en a appelé ce mardi à la « cohésion » et au « rassemblement », lors d’une interview sur France 24, TV5Monde et RFI. « Ce qui compte, ce n’est pas ma personne, c’est le pays », a déclaré le chef de l’État. Pour lui, la gauche ne peut pas être au « rendez-vous » de 2017 « si elle n’est pas rassemblée ».