web analytics
9 décembre 2021

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

OpenLux – Luxembourg: met en lumière le coffre-fort de l’Europe où les riches et les multinationales cachent leur argent

Les Belges sont, après les Français, la deuxième nationalité étrangère la plus représentée dans l'openlux.

17 médias internationaux, se sont mobilisés pour éplucher cette gigantesque masse d’informations, l’équipe d’investigation s’est appuyée sur Aleph, une plateforme de recherche élaborée il y a quelques années par l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), un consortium de journalistes internationaux ont enquêté pendant plus d’un an à partir de documents publics pour mettre au jour des dizaines de milliers de sociétés offshore « gérant des actifs dont la valeur atteint au moins 6 500 milliards d’euros ».

Dans le pays de 614 000 habitants, il y a plus de 140. 000 sociétés commerciales enregistrées. Parmi ceux-ci, 55.000 sont offshore et ont un actif de 6 500 milliards d’euros, dans lesquelles les mafias russes et calabrais, le régime vénézuélien, LVMH, Kering, KFC, Amazon, les familles françaises les plus fortunées, telles que les Mulliez, les Guerrand-Hermès ou Bernard Arnault, le propriétaire allemand Holding GmbH, René Benko, il gère Nobel immobilier à Munich et un grand nombre des sociétés au Luxembourg, même la Ligue italienne d’extrême droite seraient impliquées, etc.

Parmi les noms cités lundi par Le Monde, qui publiera l’enquête «  OpenLux  » sous la forme d’une série d’une semaine, figurent des athlètes tels que Tiger Woods, des artistes comme la chanteuse colombienne Shakira, les acteurs américains Angelina Jolie et Brad Pitt, le La famille Hermès, le prince héritier d’Arabie saoudite et les trois quarts des sociétés cotées au CAC-40, principal indice de la Bourse de Paris.

« Des centaines de multinationales (LVMH, Kering, KFC, Amazon) ont ouvert des filiales financières. Les familles aisées utilisent leur immobilier ici », écrit Le Monde dans son édition numérique.

Dans le même temps, l’enquête OpenLux révèle l’existence de fonds d’origine douteuse, qui pourraient être liés à des activités criminelles dans lesquelles les mafias russes et calabrais seraient impliquées.

Même la Ligue italienne d’extrême droite aurait un compte au Luxembourg ciblé par les autorités de Rome, ainsi que par des personnes proches du régime vénézuélien, qui auraient caché des fonds dans des marchés publics affectés par la corruption, selon Le Monde.

NJJ, le groupe personnel du fondateur de Free, détient l’entreprise Salt Mobile par l’intermédiaire d’un montage complexe au Luxembourg.

Xavier Niel aime à donner de lui-même une image empreinte de patriotisme fiscal. Le fondateur de Free, actionnaire à titre individuel du Monde, avait fait lever quelques sourcils en assurant, en 2013, que « la France est un paradis fiscal » idéal pour « créer sa boîte ».

Malgré l’acquisition, ces dernières années, d’opérateurs télécoms aux quatre coins du monde, Xavier Niel se fait un point d’honneur à rester résident français et à conserver à Paris le siège de son groupe NJJ (son véhicule d’investissement personnel, distinct d’Iliad, la maison mère de Free). « Cette structuration traduit la volonté d’un ancrage national en France, alors que d’autres font l’inverse avec des activités françaises et des sociétés holdings têtes de groupe dans des pays à fiscalité plus “clémente” », fait-il savoir au Monde, selon Le Monde.

La France est le pays le plus représenté: près de 15000 Français possèdent des sociétés au Luxembourg, totalisant au moins 100 milliards d’euros d’actifs, soit 4% du PIB français. Parmi ces concitoyens, « des grands patrons et leurs entreprises, des médecins et des collectionneurs d’art, des footballeurs et des producteurs de cinéma, des consultants et des pilotes de moto, des écrivains et de riches héritiers, des propriétaires fonciers et des figures de la ‘start-up nation’, des dirigeants de PME et des arnaqueurs professionnels », énumère Le Monde.

Les Belges sont, après les Français, la deuxième nationalité étrangère la plus représentée dans le registre du commerce luxembourgeois. Pas moins de 10 066 Belges ont créé une ou plusieurs sociétés au Luxembourg; les Français sont 14 704 à avoir fait de même et les Luxembourgeois 14 531.

Le Soir rapporte que 11 299 sociétés figurant au registre du commerce luxembourgeois comprennent au moins un bénéficiaire actif de nationalité belge. (17 376 de nationalité française, 5 997 de nationalité allemande, 4 933 de nationalité italienne, entre autres).

Si des médecins, des comptables, des entrepreneurs, des architectes ont choisi de délocaliser tout ou partie de leurs activités au Grand-Duché, l’attrait qu’exerce le Luxembourg sur les investisseurs est sans grande surprise proportionnel à l’ampleur de leur fortune. On peut ainsi y croiser des sportifs de premier plan – dont onze des Diables rouges sélectionnés depuis 2015 -, des artistes, des milliardaires, des familiers d’hommes et femmes politiques étrangers, des personnes suspectées d’activités criminelles aussi, signale Le Soir.

Depuis l’entrée du géant russe Rosneft en 2014 jusqu’à aujourd’hui, les transferts de 6% du groupe italien se sont reconstruits grâce aux documents OpenLux. Un danseur dans une école de danse à Moscou, un directeur d’une petite entreprise au Tatarstan, un riche entrepreneur du secteur privé, un ancien fonctionnaire du Kremlin. Ce sont eux qui, depuis 2014, ont dépassé une part importante de Pirelli qui, selon les informations officielles, devait appartenir à Rosneft, le géant pétrolier d’État russe. C’est ce qui apparaît sur la base des documents fournis par OpenLux.

Une recherche internationale menée par la Süddeutsche Zeitung, Le Monde et d’autres partenaires médiatiques montre: Malgré toutes les révélations et assurances, le Luxembourg est toujours un paradis fiscal. Chaque année, d’autres pays perdent des milliards d’euros parce que l’argent est transféré au Grand-Duché. Les autorités y sont bienveillantes et aident les grandes entreprises internationales à réduire leur fardeau fiscal à l’aide de structures fiscales controversées.

Plusieurs parlementaires européens ont critiqué le paradis fiscal luxembourgeois. Le Süddeutsche Zeitung , Le Monde , le Miami Herald et d’autres partenaires médiatiques avaient précédemment rapporté dans le cadre de la soi-disant recherche OpenLux que le Grand-Duché continue d’attirer des fraudeurs fiscaux du monde entier. « Le Luxembourg exploite nonchalamment un paradis fiscal intra-européen, et la Commission européenne semble largement inactive », a critiqué l’eurodéputé CSU et porte-parole économique du groupe conservateur PPE au Parlement européen, Markus Ferber. « En cas de doute, la Commission ne doit pas se dérober à l’instrument de la procédure d’infraction. »

Le gouvernement luxembourgeois a rejeté la critique. La législation du Grand-Duché est « en pleine conformité » avec toutes les réglementations européennes et internationales et les normes de transparence. « Le Grand-Duché a été l’un des premiers pays d’Europe à mettre en place un registre public des bénéficiaires effectifs. Selon les recherches d’OpenLux, environ la moitié sont « Toutes les entreprises inscrites au registre ont des informations sur les véritables propriétaires de l’entreprise, et de nombreux fonds communs de placement ne semblent pas déclarer leurs propriétaires, même s’ils sont tenus de le faire.

Les paradis fiscaux du monde entier sont désormais compétents pour traiter les divulgations. Swiss Leaks, Football Leaks, Panama Papers, Paradise Papers et maintenant OpenLux – à peine un an se passe sans de nouvelles recherches montrant à quel point les politiques financières de pays comme le Panama, les îles Vierges britanniques et Malte sont néfastes. Les dommages causés par l’évasion fiscale et la minimisation des impôts pour les autres pays sont estimés à plusieurs centaines de milliards d’euros par an – sans compter que les structures commerciales non transparentes qui y sont proposées peuvent également servir les criminels.

Les personnes dont les activités au Luxembourg ont été mises au jour par OpenLux sont-elles dans l’illégalité ? Difficile de répondre clairement. Première chose, ouvrir une société au Luxembourg est tout à fait légal. « Il faut justifier de son activité économique et expliquer pourquoi vous l’y avez domiciliée », confirme au Monde un avocat luxembourgeois. Regrouper ses activités dans une holding pour les gérer plus facilement aussi. Le faire au Luxembourg, plutôt qu’en France, permet de bénéficier d’une fiscalité plus avantageuse.

Ainsi, au Luxembourg, revendre une participation située dans une holding n’est pas taxé. En France, ça l’est à hauteur de 4%. Les profits réalisés par les entreprises sont également taxés à hauteur de 30% en France depuis l’instauration de la « flat tax » en 2017, quand ils échappent à toute taxe au Luxembourg. Selon les données d’OpenLux, fin 2019, plus de 15 milliards d’euros de profits jamais redistribués aux actionnaires ont été accumulés dans les sociétés luxembourgeoises appartenant à des Français. En France, cela équivaudrait à faire rentrer près de 5 milliards d’euros dans les caisses de l’Etat.

Mais « secret fiscal oblige, il est impossible de dire si l’ensemble de ces schémas, révélés par OpenLux, sont effectivement connus du fisc, et si certains ont pu enfreindre la loi », assure Le Monde. De plus, les avancées du Luxembourg en matière de transparence (fin du secret bancaire, identification des bénéficiaires effectifs des sociétés, meilleure coopération internationale) ont rendu plus difficiles les tentatives de fraude. « En matière fiscale, le bon temps est un peu derrière nous. Il faut se faire une raison, on paie des impôts », conclut un fiscaliste interrogé par le quotidien.

Lundi matin, a rapporté le Luxemburger Wort, le ministre des Finances Pierre Gramegna et le ministre de la Justice Sam Tanson ont informé le parlement luxembourgeois des révélations – et les ont pesées. Gilles Baum, le leader du groupe parlementaire au pouvoir PD, soupçonne même une sorte de complot derrière les révélations: « Après le Brexit, le gâteau sera redistribué et les centres bancaires s’opposeront. »

Les paradis fiscaux du monde entier sont désormais compétents pour traiter les révélations. Swiss Leaks, Football Leaks, Panama Papers, Paradise Papers et maintenant OpenLux – il ne se passe pas un an sans de nouvelles recherches qui montrent à quel point la politique financière de pays comme le Panama, les îles Vierges britanniques ou Malte est dommageable. Les dommages causés par l’évasion fiscale et la minimisation fiscale pour les autres pays sont estimés à plusieurs centaines de milliards d’euros par an – sans parler du fait que les structures d’entreprise non transparentes qui y sont proposées peuvent également servir les criminels à blanchir des bénéfices illégalement générés.

Lundi matin, a rapporté le journal Luxemburger Wort , le ministre des Finances Pierre Gramegna et le ministre de la Justice Sam Tanson ont informé le parlement luxembourgeois des révélations – et les ont alourdies. Gilles Baum, le chef du groupe parlementaire du PD au pouvoir, soupçonne même une sorte de complot derrière les révélations: « Après le Brexit, le gâteau sera redistribué et les places bancaires seront opposées les unes aux autres ».

Des experts fiscaux étrangers ont jugé les résultats d’OpenLux, un recherches qui montrent à quel point l’Union européenne doit faire plus contre la minimisation fiscale et l’évasion fiscale, a expliqué la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT) , dont Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, est membre. « Les approches timides n’aident pas, c’est pourquoi le sujet de l’évasion fiscale, des paradis fiscaux et du blanchiment d’argent international doit enfin être abordé avec vigueur », demande le mouvement citoyen Finanzwende. Et l’organisation non gouvernementale Tax Justice Network a déclaré: «Le secret financier reste un pilier central de l’économie luxembourgeoise». Cela rend « l’abus fiscal possible, les cartels de la drogue bancables et la traite des êtres humains rentable ».

Le gouvernement luxembourgeois – mais aussi une partie de l’opposition – rejette les critiques. Le Grand-Duché est « l’un des premiers pays d’Europe à avoir mis en place un registre public des bénéficiaires effectifs », selon un site internet spécialement mis en place pour les révélations d’OpenLux . Un débat a eu lieu au Parlement mardi après-midi.

Il est vrai que les États membres de l’Union européenne ont accepté d’introduire des registres de transparence. Le Luxembourg a été l’un des premiers pays à ouvrir la base de données au public – cependant, elle ne peut être recherchée que pour les noms de sociétés. Les chercheurs d’OpenLux ont préparé les données de manière à ce qu’elles puissent également être recherchées pour des personnes.

L’évaluation a montré que dans environ la moitié de toutes les entreprises luxembourgeoises, le véritable propriétaire n’est pas nommé – à la place, les directeurs généraux, les administrateurs ou personne n’apparaissent. La déclaration du gouvernement luxembourgeois selon laquelle le registre est « complet à 90 pour cent » est donc trompeuse.

Les lacunes du registre dans le domaine des fonds d’investissement, qui gèrent des actifs de plusieurs billions d’euros, sont particulièrement visibles. Beaucoup d’entre eux ne nomment pas leurs propriétaires, bien qu’ils soient obligés de le faire, comme le montre une analyse de Transparency International et du Collectif de données anti-corruption . Les experts en données des deux organisations ont constaté que, bien que plusieurs fonds aient révélé aux autorités américaines qu’ils avaient entre un et trois propriétaires et qui ils étaient, ils ne sont pas mentionnés dans le registre luxembourgeois.

La Commission européenne a déclaré que les révélations détaillées contenaient des informations intéressantes qui nécessitaient une analyse plus approfondie. Ils ont montré les erreurs du système. Le Parlement européen avait critiqué à plusieurs reprises le Grand-Duché – ainsi que d’autres paradis fiscaux européens. Markus Ferber, qui siège au Parlement européen pour la CSU, a déclaré: « Le Luxembourg exploite un paradis fiscal intra-européen, et la Commission européenne se tient largement à côté ». En cas de doute, vous ne devez pas vous dérober à une procédure d’infraction contre le Grand-Duché.

Le gouvernement du Luxembourg a réagi à cette enquête en affirmant que le pays « respecte pleinement toutes les réglementations européennes et internationales en matière de fiscalité et de transparence, et applique toutes les mesures communautaires et internationales en matière d’échange d’informations pour lutter contre les abus et l’évasion fiscale ». L’OCDE et l’Union européenne « n’ont à l’heure actuelle identifié aucune pratique fiscale dommageable au Luxembourg », ajoute-t-il dans son communiqué. A Bruxelles, la Commission européenne a indiqué prendre note de cette enquête faite par la presse. « Ces investigations sont bien évidemment des éléments d’information importants qui poussent à des changements en exposant les failles qui peuvent exister dans le système. » 

En France, certains élus se sont émus de ces révélations. « Écœuré par l’indécence fiscale qui règne encore en Europe, malgré les scandales à répétition ! Certes, c’est la transparence imposée par l’UE qui a permis les révélations OpenLux. Mais ça ne suffit pas : il faut réguler », a estimé le député européen écologiste Damien Carême, sur Twitter.

Écœuré par l’indécence fiscale qui règne encore en Europe, malgré les scandales à répétition !
Certes c’est la 
#transparence imposée par l’UE qui a permis les révélations #OpenLux. Mais ça ne suffit pas : il faut réguler. Il faut un taux minimum européen ! https://t.co/J4TDGoX8Jj

Damien CAREME (@DamienCAREME) February 8, 2021

« Six ans après LuxLeaks, rien n’a changé. Et pour cause, l’UE refuse de lister le Luxembourg comme paradis fiscal », a dénoncé également sur Twitter Manon Aubry, députée européenne de La France insoumise.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.