La SFAM perquisitionnée par la DGCCRF à Romans-sur-Isère et à Paris

La DGCCRF a mené des perquisitions hier au siège de la SFAM à Romans-sur-Isère (Drôme) ainsi que dans les locaux parisiens de l’entreprise. Il s’agit d’une enquête portant sur une « suspicion d’infractions au code de la consommation ».


La compagnie d’assurance multimédia et électroménager (SFAM) est à nouveau dans le collimateur de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Les agents de la DGCCRF se sont rendus au siège de l’entreprise à Romans-sur-Isère et dans ses bureaux parisiens ce jeudi. Et il ne s’agissait pas d’une vérification de routine mais bien de perquisitions. « Ces investigations », fait par la DGCCRF, « sont en cours auprès de cette entreprise dans le cadre de suspicion d’infractions au code de la consommation. »

Pour quelles raisons ? Y-a-t-il eu de nouvelles plaintes de clients ? La répression des fraudes ne le précise pas. La SFAM n’a pas encore répondu à nos questions.

Suite à nos informations obtenues de sources officielles et même de nombreux clients, la SFAM aurait facturé en juillet plus de 3000 clients sur un total de 7000, pour un montant de 22,99 euros sous prétexte qu’en mois d’août ils sont fermés, et que le montant représenterait leur assurance sur le mois d’août, ce qui s’est avéré être une fraude du fait qu’au début du mois d’août, les clients étaient à nouveau débités par la SFAM.

Enfin, la compagnie d’assurance européenne SFAM n’informe pas les assurés des changements effectués et ils blâment le système informatique, ou imposer de nouvelles assurances et des prix qui changent d’un trimestre à l’autre, sans vous en informer.

Un autre reproche est que la SFAM ne vous explique pas que les produits de plus de 5 ans ne sont pas pris en compte pour être réparés ou remplacé lorsque vous vous assurez, et uniquement lorsque vous annoncez un sinistre.

L’heurs d’un sinistre, la SFAM vous informe que les produits considérés comme pouvant être assurés et réparés ne doivent pas dépasser en 1 jour – 3 ans ou maximum pour les produits multimédias et à l’exception des divers produits à partir de 5 ans à compter de la date d’achat, étant des appareils électroménagers.

Quelles sont les produits assurés et où se trouvent les erreurs de la SFAM:

– par exemple, un téléphone ou une tablette ne peuvent pas être réparés s’ils ont plus de 3 ans à compter de la date d’achat;
– une télévision, un lave-linge, un réfrigérateur, une cuisinière … etc ne pourront être réparés ou remplacés par SFAM s’ils ont plus de 5 ans à compter de la date de leur achat;
– un autre problème est que de nombreux produits sont assurés au moment de l’achat par abus dans les magasins Fnac Darty;
– un produit défectueux ou qui n’a pas fonctionné et envoyé à SFAM est toujours perdu, n’a pas été réparé, ou même pas enregistré comme reçu, étant considéré comme un objet perdu.

Sadri Fegaier, a racheter « une enseigne nationale de distribution », a depuis investi 335 millions d’euros pour prendre 11,35% du capital de Fnac Darty, devenant ainsi son deuxième actionnaire.

L’an dernier, l’entreprise dont l’activité principale est l’assurance des téléphones portables a été sanctionnée pour pratiques commerciales trompeuses. Elle a accepté une amende transactionnelle de 10 millions d’euros et le remboursement des clients qui se plaignaient d’avoir souscrit sans le vouloir une assurance lors de l’achat d’un portable ou d’une tablette. Ce dossier-là est maintenant sur le bureau du procureur de la République de Paris qui doit valider le respect de ces transactions.