web analytics
12 juillet 2024

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

CAO DAI, TEMPLE DE L’ART KITSCH

Tourisme et religion ont rendez-vous au Vietnam, dans la ville de Tay Ninh, à 96 km au nord-ouest de Ho Chi Minh Ville, anciennement Saïgon.

Tourisme et religion ont rendez-vous au Vietnam, dans la ville de Tay Ninh, à 96 km au nord-ouest de Ho Chi Minh Ville, anciennement Saïgon.

Qu’est-ce que le caodaisme?

Tay Ninh est le siège  du caodaïsme, nouvelle religion inventée par un fonctionnaire cochinchinois dans les années 1920. C’est une synthèse entre les grandes philosophies religieuses d’Occident et d’Extrême-Orient. Elle est symbolisée par une cathédrale-temple située à 4 km à l’est de la ville. et ressemble à un mélange d’église et de pagode. 

Le caodaïsme encourage l’obéissance aux 3 devoirs (entre le roi et le citoyen, le père et l’enfant, le mari et la femme) et aux 5 vertus (humanité, obligation, civilité, connaissance, fiabilité) du confucianisme. Les adeptes doivent participer régulièrement aux services religieux, pratiquer le végétarisme au moins 10 jours par mois, purifier leur corps et leur esprit et éviter de tuer des êtres vivants.

Fortement inspiré du christianisme, le caodaisme s’appuie sur 3 religions que l’on retrouve en Asie du sud-est:

  • le confucianisme qui porte sur le comportement moral dans la vie en société 
  • le taoïsme , sur la recherche de la vie en plénitude et de la sérénité par le détachement et par un certain comportement intérieur  et extérieur
  • le bouddhisme qui donne une réponse  à la question de l’existence et du devenir de l’homme.

Par ailleurs, le christianisme est présent dans le « Grand Temple »de Tây Ninh avec la  statue de Jésus. On peut aussi remarquer que la structure du clergé est copiée sur le modèle du catholicisme romain avec 9 niveaux de hiérarchie dont un pape, des cardinaux et des archevêques. Le culte implique la prière en groupe dans le temple, des rituels élaborés et des festivals.

Les figures vénérées du caodaisme

Toutes les cultures sont présentes  dans la notion de guide spirituel du caodaisme. On y retrouve Moïse, Jésus, Mohamet, Shakespeare, Pasteur, Sun Yat-Sen ou encore Lénine. De grands personnages français comme Jeanne d’Arc et Victor Hugo sont particulièrement vénérés dans la religion. La première pour avoir guidé la réception de la foi et promu l’égalité des sexes par l’intermédiaire de séances de spiritisme. Le second est le personnage européen qui tient le plus grand rôle dans le caodaisme, qui en a tiré de nombreux enseignements ainsi que le texte de plusieurs prières importantes. Il en a pratiqué le spiritisme à Jersey de 1852 à 1855, prédisant qu’il deviendrait le prophète d’une nouvelle religion faite, selon Patrick Boivin, d’u « christianisme élargi par la métempsychose, ce qui traduit par Hoskins en un courant religieux où fusionneraient les mysticismes européens et asiatiques.

Fondée en 1921 et instituée en 1925 en Cochinchine (sud Vietnam), cette religion est millénariste et syncrétique. Sa doctrine ou ses pratiques sont un mélange d’éléments pris dans différentes croyances. L’échec du réformisme colonial impulsé par le gouverneur général Alexandre Varenne, et la radicalisation des mouvements nationalistes vietnamiens sont à la base de la naissance de la religion, dont l’histoire et la philosophie ont été écrites par le Français Gabriel Gobron, dit « Frère Gago ».

Le temple

Tout d’abord installée à Tây Ninh, la religion s’est scindée en plusieurs branches selon la volonté de la branche de Tây Ninh de s’impliquer dans le politique du pays en créant une armée et un parti politique. 

Concernant son architecture, le temple est soutenu par 18 piliers-dragons inspirés de la période coloniale. En faisant le tour, on peut admirer  son architecture.

Construit entre 1933 et 1955, le Grand Temple de Cao Dai se rapproche d’une cathédrale chrétienne, de par son architecture. Il comprend 2 tours carrées, une longue nef centrale avec une galerie supérieure et des nefs latérales. L’autel se trouve à l’extrémité opposée de l’entrée, comme dans une église typique.

Le porche d’entrée du temple Cao Dai est orienté à l’ouest, vers Jérusalem, comme dans les églises chrétiennes. Une grande fresque peinte sur le mur représente Victor Hugo en tenue d’académicien, qui écrit avec une plume la devise « Dieu et Humanité » et « Amour et Justice »; accompagné du révolutionnaire et homme d’Etat chinois Sun Yat-Sen, qui tient l’encrier. A leurs côtés, se tient le poète vietnamien Nguyen Binh Khiem, un troisième « saint » du Cao Dai.

A l’intéieur, les vitraux portent tous le symbole du Cao Dai, un triangle enfermant l’oeil divin. Sous la coupole de l’autel, une énorme sphère bleue portant l’oeil divin symbolise l’idéal de la religion universelle.On retrouve également 8  personnages sculptés au dessus de la coupole: Bouddha, Confucius, Lao-Tseu, Khuong Tu Nha, la déesse Quam Am et le génie Quan Cong, Jésus-Christ, Ly Thai Bach. Adossée Pham Cong Tac, disciple du fondateur Ngo Van Chieu qui devint plus tard le second pape du caodaïsme. Il a d’ailleurs contribué à la militarisation de la secte et à l’alliance avec les Japonais pendant la seconde guerre mondiale. On remarque aussi des dragons enroulés autour des colonnes qui soutiennent la nef qui s’étend sur 9 sections, chiffre des étapes pour accéder au paradis.

Rites et célébrations

Suivi par 50 000 adeptes dans le centre du Vietnam, le temple Cao Dai propose des prières de 35 minutes, à heure fixe, 4 fois par jour, à 05h30, 11h30, 17h30 et 23h30. Véritable spectacle, il permet à des centaines de visiteurs d’y assister depuis les balcons à l’intérieur du temple ou proche des portes d’entrée. Le rituel n’a pas changé depuis les origines. La porte de gauche, menant au complexe est pour les femmes, celle de droite pour les hommes. Avant d’entrer, il faut retirer chaussures et chapeaux, les portes du sanctuaire sont séparées de la porte pour les adeptes même si les prêtres des 2 sexes utilisent la porte centrale. Des musiciens installés dans la tribune au dessus du porche d’entrée accompagnent les prières des fidèles.

Un énorme globe avec « l’oeil divin » Cao Dai, symbole du Caodaisme, se trouve derrière l’autel. en face duquel est suspendue  au plafond, une pancarte « van Giao Nhat Ly » (Toutes les religions ont la même raison). Une image des fondateurs des 5 plus grandes religions du monde se trouve derrière les lettres dorées. De gauche à droite, on retrouve Mohammed, Lao Tseu, Jésus, Bouddha et Confucius.

Les dignitaires en rouge à côté de femmes vêtues de blanc, se trouvent au milieu du temple, tournés vers le maître-autel surmonté du grand globe. D’autres dignitaires en rouge, bleu blanc suivent et enfin la masse des fidèles. Des disciples portant des brassards marqués des lettres BT assurent la sécurité. Les visiteurs, portant des tenues correctes peuvent assister aux messes caodaistes (sans aucun discours, ni sermon, ni commentaire théologique) à partir du balcon surplombant la grande nef.

Offrandes

Les offrandes agréées sont les fleurs, les fruits, le thé, l’alcool, l’eau et l’encens. Par contre, on ne trouve jamais de riz gluant ni de papiers votifs. Les prière sont proches du bouddhisme, ce sont des invocations qui commencent par « Nam Mô … » et rendent hommage à Cao Dai, Ly Thai Bach (le premier prophète), aux représentants des 3 religions orientales (bouddhisme, confucianisme et taoïsme) ainsi qu’aux esprits, aux saints et aux génies. On peut quitter la cérémonie quand on veut.

Calendrier religieux du temple

Le caodaîsme comporte 2 grandes fêtes religieuses: la Fête de Dieu le Père (Cao Dai) le 9 janvier, et de la Mère (la « Dame » bouddhique) le 15 août. Noël, Pâques  et l’anniversaire de Bouddha sont aussi fêtés en grandes pompes.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.