Christine Lemler en tournée dans l’Artn’acoeur : « Faire rire est un art très difficile »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Christine Lemler, en tournée dans  l‘Artn’acoeur  : « Faire rire est un art très difficile »

Révélée par le sitcom « Classe mannequin, le visage de Christine Lemler vous est très familier. Elle a été Valentine dans « Sous le soleil » pendant de nombreuses années et au début de cette année, elle a rejoint le casting de la série à succès de TF1 « Demain nous appartient ». Même si la caméra est une complice, c’est sur scène que la comédienne se sent la plus libre et le plus dans son élément. Depuis 2012, elle enchaîne les pièces de boulevard. Et c’est vrai que ça lui va bien. La voici en tournée dans « l’Artn’acoeur » aux côtés de ses fidèles acolytes Frank Leboeuf et Nicolas Vitiello, mais également de Georges Beller, Véronique Demonge et Michèle Kern. À quelques jours de venir se produire sur la scène du théâtre du casino Barrière à Deauville, la Normande nous parle de cette comédie à rebondissements à ne pas manquer.

Journal Impact European : On vous retrouve dans “l’Artn’acoeur”. Quel est le pitch de cette pièce de boulevard ?

Christine Lemler : Gilbert (Georges Beller) est un galeriste quelque peu dépassé. Il travaille avec sa sœur (Véronique Demonge), une vieille fille. Ses comptes étant dans le rouge, il est poursuivi par un huissier, joué par moi. Il engage un marchand d’art populaire (Franck Leboeuf) pour l’aider à booster ses affaires et trouve une idée des plus judicieuses pour se sortir de ses difficultés. Grâce à un personnage, je ne dis pas qui, on va découvrir qui pense quoi.

JIE : Vous deviez interpréter la femme de Gilbert joué par Georges Beller et finalement, vous endossez celui d’un huissier de justice…

CL : Qui est une femme très stricte et très autoritaire. On va découvrir qu’elle a une faille, un petit quelque chose en plus. Mais je n’en dis pas davantage pour ne rien dévoiler. Il faut venir voir la pièce pour savoir ce qu’elle cache.

JIE : Vous êtes à nouveau aux côtés de Franck Leboeuf, Nicolas Vitiello et Véronique Demonge. Trois complices de longue date …

CL : Tout à fait. Avec Franck et Nicolas, nous avons déjà 7 ans de complicité. Véronique est venue se greffer sur « Ma Belle-mère et moi neuf mois après ». Depuis, on est devenue une famille. On est heureux de se retrouver, de s’amuser, de partager et d’en faire profiter les gens.

JIE : Deux très belles reconversions pour Franck et Nicolas, venus d’autres horizons …

CL : Oui. Qui plus est, ils sont très complémentaires. Ils ont cette rigueur et cette volonté de travail. Sur cette pièce, c’est Nicolas qui en est l’auteur. Avec Franck, ils en sont les co-metteurs en scène.

JIE : Donc, le public n’est pas étonné de vous retrouver tous ensemble …

CL : Depuis trois pièces, oui. Tous ceux qui nous suivent et qui ont vu les comédies précédentes, disent à l’unisson que celle-ci est d’un cran au-dessus. Chacun s’entend à dire que lorsque l’on voit le début de la pièce, on n’imagine pas un seul instant comment elle va se terminer. Ça monte crescendo. C’est une pièce drôle et efficace du début jusqu’à la fin.

JIE : Difficulté ou avantage lorsque l’on se connait si bien ?

CL : Ce ne sont que des avantages. Il n’y a pas d’égo. On marche sur la confiance. On peut se dire les choses. Nous ne sommes que des faiseurs d’histoire. Il n’y a pas à se prendre la tête. On s’amuse. On est là pour divertir.

JIE : Si je vous dis art, vous pensez à …

CL : L’Art dans toute sa splendeur et toute son horreur (rires)…

JIE : Y a-t-il une théorie de l’Artn’acoeur ?

CL : Je ne le pense pas.

JIE : Si vous deviez en donner une, quelle serait la moralité de la pièce ?

CL : Toute vérité est-elle bonne à entendre ?

JIE : Quel sentiment la native de Dieppe éprouve-t-elle à se produire en Normandie ?

CL : Venir sur ma terre natale n’est que du plaisir. Certes, j’y ai un attachement particulier, mais je ressens ce même bonheur partout où nous allons. C’est incroyable de voir les gens se lever à la fin pour nous applaudir.

JIE : Le trac est-il plus présent ?

CL : Pas plus. C’est surtout l’envie de jouer et d’être tous ensemble qui est très fort. Notre complicité nous porte. Nous vivons une aventure exceptionnelle dans laquelle je suis très heureuse d’être.

JIE : Que ressentez-vous sur scène ?

CL : Être sur scène est palpitant. C’est jouissif de jouer un personnage, devant des gens qui se sont déplacer pour vous voir et qui croient à ce qu’on leur présente. C’est formidable de pouvoir aller au bout de ce que l’on doit défendre, qui plus est par le rire.

JIE : Quel est votre état d’esprit avant de rentrer sur scène ?

CL : Celui de bien respecter la rigueur du personnage, de se remettre en question et de savoir pourquoi on est là.

JIE : Qu’est-ce qui vous plait dans la comédie ?

CL : De pouvoir faire rire et d’être récompensé par les éclats qu’il provoque. Faire rire est un art très difficile. Quand on est comédien, c’est bien de s’essayer devant le petit écran, mais aussi au théâtre. Il y a beaucoup de bienveillance. Si tu te plantes, tu sais que tu n’es pas tout seul, que les copains sont là pour t’aider et te porter.

JIE : Qu’est-ce que vous appréciez le plus en tournée ?

CL : Il n’y a pas meilleur moyen pour découvrir son pays et d’aller au contact des gens que de faire une tournée. Se déplacer et d’aller tous ensemble de villes en villes, c’est comme se retrouver au temps de Molière avec sa troupe.

JIE : L’accueil du public est-il différent ?

CL : L’engouement de la pièce en banlieue comme en province me fait dire non. Je n’ai pas eu la sensation que le public parisien était plus dur que le régional.

JIE : Quel regard avez-vous sur votre parcours ?

CL :  Je ne sais pas si je peux dire que je suis fière. En tout cas, j’ai défendu chacun de mes rôles en leur donnant une âme, que ce soit à la télévision, au théâtre ou dans des publicités. Ma carrière n’est pas encore finie (rires). Je me dis que je peux faire encore plein de choses.

JIE : À l’approche des fêtes de fin d’année, quel vœu voudriez-vous formuler ?

CL :  Aux vues de la conjoncture actuelle, celui que les choses s’améliorent. Ce que l’on vit et ce que l’on subit est une catastrophe. Le pays irait moins mal si on savait redistribuer les valeurs et les richesses.

JIE : Que peut-on vous souhaiter ?

CL : Que le succès de la pièce poursuive son avancée et que je continue à faire ce métier le plus longtemps possible et comme Molière, mourir sur scène (rires)…

Teaser : https://youtu.be/CeqLWWXZjps

« L’Artn’acoeur », une comédie de Nicolas Vitiello, mise en scène par Nicolas Vitiello et Franck Leboeuf – Avec : Franck Leboeuf, Georges Beller, Nicolas Vitiello, Christine Lemler, Véronique Demonge, Michèle Kern – Théâtre du casino Barrière Deauville le samedi 21 décembre 2019 à 21h00. – Réservations : 02 31 14 31 14 – www.casino-deauville.com

Visuels : © Olivier Allard / DR / Casino Barrière Deauville
 

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail