web analytics
3 mars 2024

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Noël J-2 à la Grande Epicerie de Paris qui fête son centième anniversaire

L'histoire de "La Grande Epicerie de Paris" est intimement liée à celle du Bon marché, premier grand magasin du monde toujours en activité dont s'est inspiré Emile Zola pour écrire son célèbre roman Au Bonheur des dames.

L’histoire de « La Grande Epicerie de Paris » est intimement liée à celle du Bon marché, premier grand magasin du monde toujours en activité dont s’est inspiré Emile Zola pour écrire son célèbre roman Au Bonheur des dames.

Fondé en 1852 par Aristide et Marguerite Boucicaut, il a révolutionné le commerce en instituant le libre accès du consommateur au magasin, sans obligation d’achat, tout en proposant plus de choix aux acheteurs.

En 1923, le Bon Marché inaugure au sein d’un nouveau bâtiment, situé au 38 rue de Sèvres, un premier espace d’épicerie d’un raffinement unique où l’on trouve du thé, du café ainsi que des conserves fines.

En 1933, celui-ci prend le nom de « Comptoir de l’Alimentation » et propose un large choix de produits frais, boucherie, triperie, crèmerie, primeurs.

En 1978, l’épicerie est fermée pour des travaux de grande ampleur. Elle rouvre en 1979 avec une surface doublée et une nouvelle enseigne  » La Grande Epicerie de Paris ».

2013 voit la création du restaurant « La Table » au premier étage et de « La Cave » au sous-sol, riche de grands vins d’exception mais aussi de flacons à un prix plus abordable.

Le temple de la gastronomie parisienne souffle cette année ses cent bougies.
Il a su se renouveler au fil des ans avec une offre de plus de 30 000 articles qui ne cesse de s’étoffer.

On y trouve le meilleur de chaque région grâce aux experts produits qui sillonnent la France ainsi qu’une myriade de gourmandises venues des quatre coins du monde.

Chaque jour, pâtissiers, cuisiniers, boulangers, charcutiers, poissonniers, traiteurs s’attachent à atteindre l’excellence dans le respect de la tradition.

Pour les Fêtes, la clientèle vient s’approvisionner en produits de luxe.
Le rayon des saumons est impressionnant. Saumon d’élevage d’Ecosse, de Norvège, d’Irlande, du Pacifique mais aussi saumon sauvage fumé français de l’Adour – fleuve du Bassin aquitain – de la Maison Barthouil, entreprise familiale landaise créée en 1929 ,célèbre aussi pour son tarama et ses foies gras.

La poissonnerie déborde de bars de ligne, de soles, de thon rouge frais, d’ormeaux, d’oursins, de grosses crevettes sauvages, de langoustines et langoustes bretonnes royales, de crabes géants … On remarque des huîtres d’exception, poudrées d’or, les Ostra Regal, charnues et sucrées.

Au détour d’une allée, on bute sur d’énormes pannetones ventrus d’Italie pour échouer ensuite sur le rayon bigarré des fruits exotiques – annones, goyaves, litchis, mangues, papayes, pitayas, ramboutans, physallis – ou importés de l’hémisphère sud, abricots d’Australie, cerises du Chili, pêches d’Argentine.

Des magnums de champagne millésimés s’alignent superbement comme des soldats à la parade.
On rêve devant le Dalmore de 45 ans d’âge, ou face au quadruple coffret de Château Lafitte Rotschild 2002, Petrus Pomerol 1999, Puligny-Montrachet 2011 et La Romanée 2004.
On termine notre périple gustatif avec les chocolats EDWART, chocolatier parisien depuis 2014 qui ne travaille qu’avec des grands crus.

La Grande Epicerie de Paris, une épicerie fine haut de gamme, emblème du savoir-faire gastronomique français, haut lieu de la bonne chère parisienne qui à l’occasion de Noël et de son centième anniversaire s’est surpassée pour enchanter les palais des gourmets.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.