web analytics
22 juillet 2024

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Primaire de la gauche: Manuel Valls change son slogan et lutte contre la « vaste purge » de la droite et du FN

GABRIEL MIHAI

Face à la gauche, le programme du candidat de la droite et FN, François Fillon et Marine Le Pen, est une «vaste purge», a dénoncé Manuel Valls.

L’ancien premier ministre a abattu ses cartes, le même jour que Vincent Peillon. À seulement une heure d’intervalle, les deux candidats misent sur une « République forte ».
Première surprise pour les journalistes présents à la Maison de la Chimie : l’ex-Premier ministre a choisi de changer son slogan de campagne.
Et c’est particulièrement le cas pour Manuel Valls qui en a aussi profité pour lancer son nouveau slogan : « Une République forte, une France juste ».

Manuel Valls a présenté mardi son programme pour la primaire de la gauche. Ce projet s’inscrit dans la continuité de la politique menée par François Hollande et est marqué par la volonté de maîtriser les déficits sans étouffer la croissance économique.

Son programme tient en un document multi-thématique de 50 pages qui comporte un volet important que les réformes au sein de l’Union européenne. Face au « déclinisme », au « renoncement » et à la « vaste purge » de la droite et du Front national, « je suis candidat à la présidence de la République parce que je ne crois ni à la facilité, ni à la résignation », a insisté Manuel Valls, dont la candidature sera aussi « celle d’une laïcité réaffirmée ».

Son programme tient en un document multi-thématique de 50 pages qui comporte un volet important que les réformes au sein de l’Union européenne. Face au « déclinisme », au « renoncement » et à la « vaste purge » de la droite et du Front national, « je suis candidat à la présidence de la République parce que je ne crois ni à la facilité, ni à la résignation », a insisté Manuel Valls, dont la candidature sera aussi « celle d’une laïcité réaffirmée ».

Le programme présenté par le candidat socialiste, quant à lui, s’articule autour de deux thèmes : la République et la justice sociale. Création de poste de policiers et dans la justice, suppression du numerus clausus pour les étudiants en médecine et défiscalisation des heures supplémentaires sont quelques-unes des grandes propositions du candidat.

Toujours sur le front économique, il dit vouloir poursuivre la baisse des prélèvements obligatoires pour les classes moyennes et modestes. Il confirme vouloir défiscaliser les heures supplémentaires et créer un «revenu décent» d’environ 800 euros en fusionnant les minima sociaux existants.

En attendant une conférence de «refondation» de l’Europe qu’il appelle de ses voeux, Manuel Valls a souhaité une pause dans l’élargissement de l’Union et estimé que la Turquie n’avait «pas vocation» à l’intégrer.

Jugeant des écarts déloyaux au sein de l’UE, Manuel Valls propose aussi d’instaurer un salaire minimum européen variable suivant les pays (60% du salaire médian) ou d’encadrer dans un «corridor», avec un minimum et un maximum, les impôts sur les sociétés des Etats membres. Les multinationales du numérique comme Google ou Amazon seraient elles taxées là où leur chiffre d’affaires est réalisé.

Il a ajouté qu’il souhaitait porter le budget de la Défense à 2% du PIB en 2025, créer au moins 1000 postes de policiers et de gendarmes par an, et sur la totalité du quinquennat, 1000 postes de magistrats, 1500 de greffiers et créer 10’000 places de prison.

Innovation budgétaire pour celui qui selon son entourage revendique «un droit d’inventer» plus qu’un droit d’inventaire: il propose une «provision» de 15 milliards d’euros sur le quinquennat pour faire face aux coups durs.

Manuel Valls, donné pour l’heure nettement distancé par les sondages à la présidentielle en cas de victoire à la primaire de la gauche, fait également plusieurs autres promesses dont un service civique obligatoire de six mois, la division par deux en cinq ans de l’écart salarial hommes-femmes, un prêt à taux zéro pour les entrepreneurs ou encore une revalorisation de 10% des minimas retraite.

Manuel Valls, fait également plusieurs autres promesses, dont un service civique obligatoire de six mois. Sur Twitter, le candidat explique vouloir « tout mettre en oeuvre pour diviser par deux l’écart de salaire entre hommes et femme en cinq ans ». Autres mesures : un prêt à taux zéro pour les entrepreneurs ete une revalorisation de 10% des minimas retraite.

 

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.