web analytics

Estéban de la Véga vous fait découvrir son « Jardin des Couleurs »

Estéban de la Véga a reçu des amis pour un « Goûter Emotion Painting » au « Jardin des Couleurs », l’atelier du peintre.

Cette réunion fut l’occasion de découvrir de nouvelles oeuvres d’Estéban dans une ambiance festive sous un soleil radieux. Les invités ont pu avoir des explications sur ses toiles, lors de la petite guidée qu’il avait organisée.

Ce n’et pas la première fois que nous rencontrons l’artiste. Nous l’avions rencontré lors de l’avant-première « Color Shot » à la Villa Auteuil (75016). Il nous a expliqué d’où venait son inspiration ainsi que les origines de son nom d’artiste.

Les débuts d’Estéban

Estéban, de son vrai prénom Christophe, a fait ses débuts d’artiste, il ya 6 ans. Son inspiration est née de l’émotion que dégageait « Le baiser » de Rodin. Cet autodidacte exprime ce qu’il ressent  en  posant sur la toile ce que représente pour lui le monde enfantin. « The one », comme il dit,  est le début d’une longue série sur différents thèmes.

Il choisit alors son nom d’artiste, Estéban de  la Véga. Il est issu du mélange d’un héros de bande dessinée, Estéban, fils du soleil dans  « Les Cités d’Or  » et de Don Diégo de la Véga, Zorro. Pour lui, les 2 réunis signifient la lumière, l’enfance et la justice.  Nous sommes loin de sa formation et de son métier dans la finance.

Ses collections

Dans ses toiles, Estéban exprime son inspiration et ses émotions. A travers le mouvement, l’énergie,  la vibration et l’intensité des couleurs, il transporte le spectateur dans un monde positif, souriant et enfantin, l’emportant dans un autre univers avec le sourire

Son catalogue se divise en 5 collections:

  • « Romantique » (Expression du sentiment amoureux, du désir charnel et de l’attraction pulsionnelle au travers de pétales de couleurs couchés sur un lit de couleur en utilisant des mots ou symboles cachés tels que des fleurs ou des cœurs).
  •  « Inspiration » » (Voyages intérieurs au travers de la symbolique de l’espace et des fonds marins; on y retrouve une toile immortalisant  l’image du chanteur Carlos qui prenait la vie du bon côté)
  • « Enfantine » (pour ne jamais oublier de s’ émerveiller et rêver comme un enfant, elle est basée sur des gribouillis de tubes de peinture qui représentent ce que font les enfants avec des crayons de couleur).
  • « Energétique » (Force du Mouvement et Vivacité des couleurs pour donner un vrai Boost d’énergie tout en sourire).
  • « Street » (basée sur l’énergie et la liberté de la rue pour créer sur tout support de récupération des œuvres originales en dehors des codes comme des portières ou des capots de voitures).

Ses expositions

La « Galerie Saint Honoré » a accueilli une exposition de ses oeuvre en solo, Color Vibrations, en 2017.

Une exposition à l’hôtel Le Crayon (75001) en 2018 présentait  2 magnifiques  robes. C’était une collaboration avec la créatrice de mode Angela Shapovalova. Il avait aussi réalisé un chapeau en l’honneur des bleus pour la coupe du monde.

Il  exposa ensuite « Color Show » au « Loft Triangle d’or » puis « Color Vibrations » à la « Maison Blanche » en 2019.

On le retrouvait aussi en expositions collectives (Aparte à la Galerie  Ernestin en 2017; L’Art et la Voix au Château d’Anet à Dreux en 2018; Pop Art Show/ Miss Pop à l’Art Galerie et Festival du Film Américain à Deauville  en 2019).

Artiste exposé en Résidence au Dads’ Den à Paris (75004) en 2018,  On peut l’y retrouver régulièrement depuis avec de nouvelles oeuvres.

L’an dernier, Estéban était à la soirée « Dolce Vita » à la « Villa Auteuil » (75016) pour présenter l’avant première « Color Shot ».

« Emotion Painting » au « Jardin des Couleurs »

Début juin, Esteban a présenté de nouvelles oeuvres à ses invités. C’est dans son atelier, qu’ils ont pu déambuler autour d’un goûter au son des chansons interprétées par BB Ange.

Estéban a choisi de nommer son atelier, « Le Jardin des Couleurs » puisqu’il avait déposé ses oeuvres de part et d’autre de son jardin, il a ensuite continué la visite dans le salon.

Dans le jardin

La première collection évoquée lors de cette visite fut la collection « Enfantine » et ses nouvelles expressions. Elle montre la beauté et la simplicité de la couleur première avec des superpositions et des juxtapositions de couleurs »… » Je ne fais pas de mélange de couleurs pour obtenir une croûte » …. « Il faut garder l’enfant qui est en soi … », a déclaré Estéban.

Le second tableau « Packdisc » faisait aussi partie de la collection  « Enfantine » mélangée à la collection « Energétique« , ultra dynamique.. Il représente un disque vinyl sur un fond e couleurs gaies  phosphorescentes ou iridescentes (qui changent selon les angles). On part du vinyl mangé par le Packman. La tonalité du tableau bouge avec le mouvement de celui qui le regard.

Le fil conducteur de cette collection est: « Positivité, Couleur, Energie ». En fonction des peintures utilisées, on découvre l’émotion des tableaux.

Le tableau suivant  appartient à la collection « Street Art« . Elle utilise l’énergie et la liberté de la rue en s’appuyant sur n’importe quel objets avec n’importe quelle technique de peinture. C’est la liberté de s’amuser et de faire ce qu’on a envie sans retenue.  Sur ce tableau se trouve de la résine époxy qui permet de rehausser les couleurs . En faisant un effet loupe, ça compense le manque de relief ou de couleurs. En le touchant, on a l’impression que’ cette représentation d’un volcan est vivante.

Nous avons ensuite aborder la collection « Energétique » que l’on reconnaît à la vivacité des couleurs. On note la présence d’une tête de vache (qui rit) sur un fond rouge. De son côté, la Tour Eiffel se positionne dans la collection « Enfantine ». C’est la représentation d’un feu d’artifice au pied de la Tour Eiffel vue par un enfant de 4 ans, juste la représentation de l’énergie et de la joie.

Dans le salon

Après 3 tableaux de la collection « Energétique » aux tonalités changeante selon la lumière et l’inclinaison. Pour l’un d’eux, « Butterfly »,  on observe du rose  qui tirera sur le bleu. Il y a plusieurs niveaux de lecture grâce à la superposition de couleurs qui impliquent plusieurs niveaux de lecture. Le tableau suivant de la collection « Enfantine » montre des gribouillis, mélangée à la collection « Romantique » avec le mot AMOUR dissimulé dans les gribouillis.

C’est ensuite le moment de découvrir la seule pièce restante de la collection « Gourmandise« , les autres ayant été vendues. Elle représente selon les interprètes, des macarons, des tétons ou des meringues que l’on a envie de manger, mais ce n’est pas doux au toucher.

Nous revenons ensuite sur la collection « Inspiration » avec la symbolique de l’espace et un vinyl qui représente une planète, un petit clin d’oeil  à Carlos.

La collection « Enfantine » comporte pas mal de toiles où gribouillis se mêlent à des personnages Play Mobil dont « le Chevalier Lancelot », petit dernier de la collection. Il y a aussi  Astérix le Gaulois.

N’oublions pas d’autres oeuvres telles « Couleur Buddha » ou « Body’s Color » (collection « Street »), les nouvelles toiles « Silver » (collection « Romantique »), Playmo color Jack Parrow ou encore le chien Roméo…

Après cette après-midi de découverte qui nous a amenés à mieux le connaître, Estéban de la Véga s’est rendu le 18 juillet à Chantilly, au prix de Diane. Il était accompagné d’Andy Paz. Très élégante, elle portait une magnifique robe réalisée par ses soins et une coiffe fleur de nénuphar de « Mirabelle chapeaux ». De son côté, Estéban était très Dandy avec un haut de forme qu’il a créé spécialement pour l’occasion, assorti à sa veste rayée. Il a réalisé ce chapeau en laissant couler des tubes de peinture déposés sur le dessus.

Alors le dernier sera, comme le dit Esteban: « Colore la Vie, Colore le Monde« .