web analytics

Emmanuel Macron annonce le 24 avril, journée nationale de commémoration du génocide arménien

Le dîner annuel du CCAF (Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France) s’est tenu le 5 février à l’hôtel « Le Collectionneur » à Paris, en présence du président de la République et de nombreuses personnalités du monde politique, associatif, des arts et des médias.

Pour les Français d’origine arménienne, il s’agit d’un événement incontournable qui a permis au Président de la République de s’exprimer  devant la diaspora sur les divers questions politiques qui touchent aux relations entre la France, l’Arménie et tous les pays satellites dont la Turquie. Le génocide arménien reste un crime contre l’humanité qui continue de marquer l’actualité nationale et internationale.

Dans son discours, le chef de l’Etat a annoncé devant la Maire Paris, Anne Hidalgo; la présidente de la Région, Valérie Pécresse; la Maire du 8ème, Jeanne d’Hauteserre; les instances religieuses et les ambassadeurs, Jonathan Lacôte et  Hasmik Tolmadjian, que la France allait faire du 24 avril, une « journée nationale de commémoration du génocide arménien » suite aux promesses faites lors de sa campagne présidentielle. La France fut la première dès 1915 à nommer ce crime contre l’humanité en tant que génocide et à le reconnaitre dans la loi en 2011.

Léa Salamé, elle même d’origine arménienne a présenté la soirée  qui a débuté par la prise de parole des intervenants à commencer par Valérie Pécresse qui a fait part des projets de la région pour développer les partenariats avec l’Arménie en apportant son soutien à la levée de fonds internationale à hauteur de 500 000 euros pour permettre à l’UFAR (université française d’Arménie) de déménager, mais aussi insister sur le développement d’une  » métropole rurale  » boostée par Patrick Devedjian, lui aussi  présent.

Un hommage a été rendu à 3 personnages franco-arméniens récemment disparus: le résistant Arsène Tchakarian, dernier survivant du groupe Manouchian, le compositeur Michel Legrand et le chanteur Charles Aznavour qui a fait  l’objet d’un hommage national ; Anne Hidalgo a annoncé qu’une place, une statue et  une plaque seront inaugurées à Paris en son souvenir  et selon les souhaits du président arménien Armen Sarkissian, un concert hommage à Aznavour se tiendra en Arménie avec le soutien du Président de la République français. Nicolas Aznavour, un des fils du chanteur présent au dîner a offert au Président un « doudouk », flûte traditionnelle en bois d’abricotier.

Après l’intervention des 2 coprésidents du CCAF, Ara Toranian et Mourad Papazian, 3 médailles du courage de l’organisation ont été remises en présence de Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, tout d’abord à Vincent Duclert, qui a souhaité partagé cette distinction avec les 65 chercheurs qui l’ont aidé à rendre un rapport sur les génocides puis à 2 femmes: Nadia Murad, jeune yézidie réduite en esclavage par Daesh et prix Nobel de la paix pour son action pour mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre. Absente, elle s’est adressée aux invités par voie vidéo, ainsi qu’ Elise Boghossian, acupunctrice de guerre, fille de déportés arméniens et présidente de l’association « Elise Care ». Un appel au soutien du peuple du Haut Karabagh a été lancé à Emmanuel Macron.