web analytics
21 juin 2024

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Festival de Cannes: Benjamin Lavernhe fait revivre l’Abbé Pierre et son combat au cinéma

Au dernier jour de la compétition cannoise, ce vendredi 26 mai, le festival s’est clos avec la présentation en avant-première du film "L’Abbé Pierre, une vie de combat" de Frédéric Tellier, projeté hors compétition, qui sortira en salles le 15 novembre prochain.

Au dernier jour de la compétition cannoise, ce vendredi 26 mai, le festival s’est clos avec la présentation en avant-première du film « L’Abbé Pierre, une vie de combat » de Frédéric Tellier, projeté hors compétition, qui sortira en salles le 15 novembre prochain.

Benjamin Lavernhe, fait revivre l’existence et la biographie de l’Abbé Pierre, le fondateur d’Emmaüs, le prêtre décédé en 2007 à l’âge de 94 ans est le héros d’un film de Frédéric Tellier.

En 1989, l’Abbé Pierre était venu en personne sur la Croisette pour la présentation de film « Hiver 54 » de Christian Amar, dans lequel il est incarné par Lambert Wilson.

Le film retrace la vie, depuis ses 20 ans jusqu’à sa mort, de celui qui est né Henri Grouès. Il raconte comment ce jeune homme issu d’une famille lyonnaise bourgeoise est ordonné prêtre peu avant la Seconde Guerre mondiale, a rejoint la Résistance, a été élu député, puis a créé l’association Emmaüs pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion.

Son engagement après-guerre pour aider les pauvres, les mal-logés devient le combat de sa vie. Il lève des fonds et crée en 1949 Emmaüs qui est aujourd’hui présent dans plus de quarante et un pays pour vaincre l’exclusion.

La Fondation Abbé Pierre se réjouit du choix du Festival de Cannes 2023 qui fait figurer le biopic L’Abbé Pierre, une vie de combats dans sa Sélection officielle, Hors Compétition.

Son réalisateur Frédéric Tellier, son acteur Benjamin Lavernhe et Laurent Desmard, l’ancien secrétaire particulier du fondateur d’Emmaüs, nous racontent leur fierté d’accompagner ce film qui sortira en salles en novembre.

« Nous sommes heureux d’avoir été associés par le réalisateur Frédéric Tellier à sa réflexion pour donner à voir avec la plus grande véracité possible qui était l’abbé Pierre », explique Laurent Desmard.

« Le film a également la qualité de mettre en lumière le combat d’abbe Pierre, qu’il a mené et que la Fondation Abbé Pierre poursuit sans relâche, car nous comptons encore plus de 4 millions de personnes non ou mal logées en France. Il a également pour vertu de faire émerger à l’écran un personnage qui peut incarne pour celles et ceux qui le découvrent comme pour celles et ceux qui s’en souviendront d’un héros ordinaire portant l’idée qu’une société plus fraternelle est possible. » poursuit-il.

Un rôle particulièrement marquant pour Benjamin Lavernhe, l’un des acteurs les plus demandés du cinéma français, qui dit être « tombé amoureux » du personnage: « C’est un révolutionnaire, un homme en marche qui mène des foules ».

Les doutes et les blessures de l’ancien résistant, devenu une vedette médiatique, l’idée était de faire « un grand film d’aventure sur l’histoire de France et le portrait très intime d’un type que les Français ne connaissent pas vraiment », ajoute Benjamin Lavernhe.

On salue la brillante interprétation de l’acteur Benjamin Lavernhe, le talent et l’implication avec lesquels il a su traduire la vie de celui qui voulait que les Français aient une vie décente et une maison en bon état.

« L’Abbé Pierre, une vie de combats » 2 h 18. Sortie en salle le 15 novembre.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.