web analytics

Vestiges du Moyen-Age à Paris n°4 : l’arche du mur de Philippe Auguste

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Alex CROSSAY

Nous continuons notre découverte des vestiges du Moyen-Age à Paris en explorant cette fois en détails le mur d’enceinte qui protégeait la ville dès le début du 13è siècle. Beaucoup de parties de ce mur sont parvenus jusqu’à nous, et notamment une très belle arche qui permettait à la rivière Bièvre de passer sous le mur.

Au Moyen-Age, la Bièvre s’écoulait sur la rive gauche et se déversait dans la Seine en plusieurs endroits : au niveau de l’actuel pont d’Austerlitz qui était son débouché naturel, mais également au niveau de l’actuelle rue de Bièvre et entre les actuels ponts de la Tournelle et de Sully, la rivière ayant été déviée pour alimenter l’ancienne abbaye Saint Victor. Cette rivière était à l’époque très utile pour les parisiens, de nombreux moulins s’y étaient installés, et par la suite des industries comme la manufacture des Gobelins se sont développées grâce à la Bièvre. Lors de la construction du mur d’enceinte sur la rive gauche par Philippe Auguste entre 1200 et 1215, il a été nécessaire de laisser un passage pour l’écoulement de la rivière en construisant une arche haute d’environ 5 mètres et large de 3 mètres, qui était fermée par une grille en métal pour empêcher toute pénétration par cette voie.

Beaucoup de vestiges du mur de Philippe Auguste sont parvenus jusqu’à nous (nous y reviendrons d’ailleurs dans un prochain article), grâce notamment au fait que l’enceinte a été incorporée aux bâtiments construits par la suite. Aujourd’hui encore, un grand nombre d’immeubles parisiens incorporent une partie du mur, ou une tour de l’enceinte. Les impressionnants vestiges de l’arche qui permettait le passage de la Bièvre ont été retrouvés en 1989 lors de travaux sous le bureau de poste de Jussieu. Plusieurs vestiges ont également été retrouvés, comme des tessons de poterie, des lambeaux de tissu et une chaussure de femme.

L’arche est aujourd’hui totalement invisible de la rue, car le niveau des rues actuel est bien au-dessus du niveau du sol au Moyen-Age. L’accès est donc réservé aux initiés, d’autant plus que rien à l’extérieur ne laisse deviner qu’un tel vestige du passé est ici présent (pas de plaque ou d’indication quelconque). Le visiteur, pour atteindre l’objectif, devra donc être accompagné par un guide et franchir plusieurs portes, descendre dans les sous-sols et pourra finalement découvre l’arche, très bien restaurée et mise en valeur.

 

L’arche de Philippe Auguste est visitable gratuitement les premiers mercredis de chaque mois. Le rendez vous est généralement fixé à 14h30 devant la poste de Jussieu.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail