web analytics

Le cadeau de déconfinement de Babette de Rozières

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le déconfinement commence le 11 mai et pour cela, la cheffe cuisinière Babette de Rozières a décidé d’offrir des  repas à 80 étudiants ultramarins isolés et démunis.

Suite à une opération d’entraide et de solidarité lancée par l’UERH (Union des étudiants réunionnais de l’Hexagone), une distribution de repas offerts par Babette de Rozières a commencé le 11 mai à Paris et dans toute l’Ile de France. La soirée de lancement a eu lieu au CROUS, 15 rue Dareau dans le 14ème arrondissement de la capitale et l’opération durera une semaine. La cheffe et le porte -parole de l’UERH, Ambert Mas étaient présents sur le terrain autour des étudiants.

Dès le début de l’opération, Ambert Mas et Babette de Rozières ont travaillé de concert, en frappant à toutes les portes, à Rungis et dans les différents supermarchés, accompagnés de 2 jeunes qui ont une association anti-gaspi. C’est ainsi que 80 repas ont pu être préparés et distribués aux étudiants

L’UERH remercie ses amis entrepreneurs, associatifs et Babette de Rozières pour cette belle opération solidaire. Ils ont porté secours aux étudiants ultramarins confinés en métropole.

De nombreux étudiants ultramarins souffrent d’isolement et de précarité , particulièrement depuis le début de la pandémie. Des initiatives solidaires ont donc été prises sur tout le territoire grâce à des associations. L’Etat s’est aussi engagé en proposant des mesures à l’égard de tous les étudiants malgré une confusion concernant les  étudiants ultramarins autour des  loyers  dans les résidences universitaires. Des aides alimentaires et de produits de première nécessité ont  été mises en place dans les Crous pour les résidents confinés tout comme des aides financières (versement anticipé majoré à 500€ contre 200€) en feront partie… Par ailleurs, une aide exceptionnelle de 200€  (non renouvelable et versée une seule fois) sera ouverte aux étudiants ultramarins  (demande via MesServices.etudiant.gouv.fr, dès maintenant.

L’UERH, à la base de cette opération, accompagne les étudiants ultramarins et leurs familles depuis le début du confinement. Elle a mené de multiples missions servant de relais entre les étudiants et l’administration. C’est grâce à elle que les étudiants en détresse ont pu obtenir une aide financière de la part des entreprises partenaires de la Réunion. Elle a aussi créé une plateforme numérique assurant une communication fiable et permanente avec les étudiants. Enfin, elle es l’initiatrice du Plan ILA (Initiatives Locales pour l’Alimentation), véritable plan national de distribution alimentaire à destination des étudiants ultramarins. C’est ainsi qu’elle a obtenu l’aide de restaurateurs (dont Babette de Rozières) et d’autres associations, afin de venir en aide aux jeunes en mobilité.

Au cours de cette crise sanitaire  et particulièrement ces 2 derniers mois, un conflit s’est ouvert avec la ministre des Outre-mer, demandant aux étudiants de se sacrifier et ne pas retourner auprès de leurs familles. Suite à cela, l’UERH s’est tournée vers ses ministres de tutelle et les présidents de Région et de Département, Didier Robert et Cyrille Melchior, toutefois sans réponse malgré un relatif soutien du gouvernement et de la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, sous forme d’aides aux étudiants.

Babette de Rozières est toujours en première ligne pour la défense des Outre-mer. Récemment, dans une tribune, elle a interpellé le gouvernement en dénonçant l‘isolement et le sentiment d‘abandon dans le territoires ultramarins durant la période de crise de coronavirus, tout en soulignant les spécificités culturelles sanitaires et économiques liées à l’insalubrité.  Pas de masques ni de matériel, pas d’hôpitaux ou peu (rappelons que l’hôpital de Pointe-à-Pitre a été détruit par un incendie en 2017 et que la construction du nouvel établissement (618 lits) financé par l’Etat (580 millions d’euros) ne devrait se terminer qu’en   2022 pour une mise en service en 2023).

Dans sa réponse, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a réfuté ces accusations rappellant les différentes mesures prises pour endiguer la propagation du virus en Outre-mer : confinement total, suspension des liaisons aériennes, envoi de deux porte-hélicoptères, quatorzaine à l’arrivée des voyageurs. Insatisfaite,  la créatrice de Sagasdom s’est adressée au Président de la République après une lettre ouverte, pour le remercier de la prise de conscience concernant les Antilles notamment par le biais du communiqué du Conseil Scientifique le 8 avril, préconisant un ensemble de mesures. L’autre sujet évoqué portait sur la Guadeloupe, victime depuis plusieurs mois de coupures d’eau liées à la défectuosité du réseau d’adduction, particulièrement en cette période de crise sanitaire.

L’autre chantier de la propriétaire de “La Case de Babette” à Maules (78)  se tourne vers l’hôtellerie et la restauration, soit plus généralement le tourisme, autre victime du Covid-19. En tant que restauratrice, la cheffe se définit porte-parole de sa profession. Qui peut mieux qu’elle défendre toutes ceux qui ont tout perdu durant près de 2 mois. Suite à une réunion en visioconférence, le secteur de la restauration doit recevoir l’aide pour les entreprises du secteur en grande difficulté, elle sera doublée à 10 000 euros maximum pour les établissements fermées depuis la mi-mars. Un fonds d’investissement doit voir le jour pour aider la relance de l’activité du secteur, avec la contribution des assureurs et des banques.

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail