web analytics
18 mai 2024

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Festival de Cannes 2023 : après la montée des marches des l’équipes, les films et les conférences de presse

Sur le tapis rouge de cette soirée du 17 mai, tour d’horizon des temps forts de la première vraie journée du 76e Festival de Cannes: La compétition, les stars, les polémiques, la pluie… à l’affiche.

Le jury du Festival de Cannes, présidé par le réalisateur suédois Ruben Östlund, entrait ce mercredi 17 mai dans le vif du sujet avec le début de la compétition officielle.

Après les festivités, la course à la Palme d’or est lancée avec notamment la projection de “Monster”, du Japonais Hirokazu Kore-Eda, qui brigue un deuxième sacre après “Une affaire de famille” (2018).

Hirokazu Kore-Eda est le chouchou du festival. Maître des sentiments et des descriptions familiales, Hirokazu Kore-Eda promet d’émouvoir à nouveau avec “Monster” en compétition officielle.

Le cinéaste a déjà remporté la Palme d’or en 2018 avec “Une affaire de famille”. Il est ensuite parti tourner en France avec Catherine Deneuve et Juliette Binoche (« La Vérité »). Dans  » Revue Anselm », Wim Wenders explore le monde de l’artiste allemand Anselm Kiefer, en Glorious 3D. Il est également allé en du Sud  pour “Les Bonnes Etoiles”, en compétition l’an dernier.

La réalisatrice Catherine Corsini présente « Le Retour  » en compétition. Ecarté au dernier moment de la Sélection officielle, le film y avait finalement été réintégré quelques jours plus tard. Une décision peu banale, qui a agité le cinéma français. Tourné en Corse, il s’est vu privé de ses financements publics après la découverte du fait qu’une scène explicitement sexuelle, simulée, impliquait une actrice de moins de 16 ans. De plus, pas déclaré comme il se doit aux autorités. Selon la cinéaste, simple “manquement administratif”, mais suffisamment grave pour que le Centre national du cinéma retire ses aides, une décision rarissime.

Jeremy Thomas, Karsten Brünig, Manuela Luca-Dazio, Anselm Kiefer, Anton Wenders, Wim Wenders, Daniel Kiefer et Donata Wenders ont gravi les marches du festival dans l’après-midi du 17 mai pour présenter leur documentaire 3D au jury.

Tourné en stéréographie sur des plates-formes ultra-haute résolution, le dernier documentaire de Wim Wenders, « Anselm » propose un catalogue captivant et cinématographique de l’œuvre profondément tactile et maximaliste du peintre-sculpteur allemand Anselm Kiefer. Comme une enquête de carrière sur son sujet, « Anselm » chevauche le doc délicieusement austère de Sophie Fiennes « Au-dessus de vos villes, l’herbe poussera », qui a également fait ses débuts à Cannes, bien qu’en 2011. Le film de Wenders, cependant, élargit son champ d’action pour englober l’œuvre la plus ancienne et la plus récente de Kiefer, et pas seulement l’installation monumentale qu’est son ancien studio-ville-état à Barjac , France, que Fiennes a exploré en profondeur. De plus, ce dernier film présente également deux acteurs:

  • le jeune petit-neveu de Wenders, Anton Wenders, et le propre fils d’âge moyen de Kiefer,
  • Daniel Kiefer, jouant Kiefer à des moments plus jeunes de sa vie, tandis que Kiefer, maintenant âgé de 78 ans, joue lui-même tout au long .

Chaque jour une nouvelle histoire s’écrit par le festival international du film de Cannes, depuis 76 ans, en récompensant les meilleurs films mis à l’honneur.

This website uses cookies. By continuing to use this site, you accept our use of cookies.